Jun Märkl et Marie Chouinard au top

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Lyon. Auditorium Maurice Ravel. 29-IX-2006. Claude Debussy (1862-1918) : Prélude à l’après-midi d’un faune ; Igor Stravinsky (1882-1971) : Le sacre du printemps. Chorégraphie : Marie Chouinard. Costumes : Luc Courchesne, Louis Montpetit, Marie Chouinard, Vandal. Maquillage : Jacques-Lee Pelletier. Lumière : Alain Lortie, Marie Chouinard. Accessoires : Zaven Paré. Coiffures : Daniel Ethier. Avec : Carol Prieur, Kimberley de Jong, Mark Eden-Towle, Andrea Keevil, Carla Maruca, Lucie Mongrain, Carol Prieur, Gérard Reyes, Manuel Roque, Dorothea Saykaly, James Viveiros, danseurs de la compagnie Marie Chouinard. Orchestre National de Lyon, direction : Jun Märkl.

Les concerts d’ouverture réservent toujours des surprises à leurs invités. Un auditorium archi-comble et complètement enfumé nous empêchait presque de trouver notre place. Un couplage Debussy-Stravinsky assez insolite -joué avec ballet- nous attendait dans une salle noire type opéra, les pupitres des musiciens étant très légèrement éclairés. , quant à lui dirigeant dans l’obscurité quasi totale.

Une danseuse au look bestial, vêtue très légèrement, entra sur scène pour le prélude, haletant et poussant des gémissements maladifs. Les réactions dans le public ne se firent attendre. On entendit des « Qu’est ce que c’est que ça ? » suivis de « Chut » répétitifs avant qu’enfin règne le silence. Il n’y a vraiment rien de surprenant dans la mise en scène quand on connaît , réputée pour des chorégraphies assez glaçantes et provocantes.

Le jeu des lumières vraiment intéressant, faisant apparaître et disparaître des cônes lumineux, montrait le faune complètement perdu dans sa quête de lumière, souffrant de sa basse condition animale et parfaitement interprété par la soliste qui joue à merveille l’impuissance de la Bête face à la Nature : des mouvements très amples, précis, parfois courts et violents, mais toujours remarquables dans leur exécution.

Pour le sacre, choisit une dizaine de danseurs de sa compagnie dans une chorégraphie toujours exotique : costumes simples et identiques, mêmes gestes pour les danseurs… Un jeu de scène exceptionnel de virtuosité dans des exercices physiques on ne peut plus ardus. Märkl, à son habitude, nous dévoile un orchestre irréprochable, d’une infinie finesse dans les passages dramatiques, que ce soit dans le prélude ou dans le sacre.

Les applaudissements finals y sont, malgré une certaine gène perceptible dans le public. Les spécialistes ont adoré, les néophytes préfèrent sans doute les interprétations plus classiques. Mais quel art !

Crédit photographique : © DR

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.