À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

La finta giardiniera par Harnoncourt, derrière les apparences

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : La finta giardiniera. Mise en scène : Tobias Moretti. Décors : Rolf Glittenberg. Costumes : Renata Martin et Andreas Donhauser. Avec : Eva Mei, Sandrina ; Christoph Strehl, Il Contino Belfiore ; Isabel Rey, Arminda ; Rudolf Schasching, Il Podestà ; Liliana Nikiteanu, Il Cavalier Ramiro ; Julia Kleiter, Serpetta ; Gabriel Bermudez, Nardo. Orchestra « La Scintilla » de l’Opéra de Zürich, direction : Nikolaus Harnoncourt. Réalisation télévisée : Felix Breisach. 2 DVD TDK 8 24121 00193 3. Filmé à l’Opéra de Zürich, les 23 et 25 février 2006. Sous-titrage en anglais, allemand, français, espagnol et italien. Zone 0. 187 minutes.

 

Lentement, très lentement, l’année Mozart touche à sa fin. Nous avouons un certain soulagement, tellement on a été submergé en pays germanique de nouvelles productions et reprises, de nouveaux enregistrements, rééditions et compilations, tous dédiés au génie autrichien. Et tout de même, cette année Mozart nous réserve encore de belles surprises dont cette superbe Finta giardiniera, enregistré en février dernier à l’Opéra de Zürich.

Pour l’occasion, l’acteur , célèbre ex-commissaire de la télévision autrichienne, s’est mesuré pour la première fois à la mise en scène d’un opéra. Encore un de ces néophytes, genre Dörrie, Dorst, Brandauer et compagnie, qui affronte le théâtre lyrique sans disposer des connaissances ni du savoir-faire nécessaires ? Décidément non. Moretti sait ce qu’il fait. Dans un cadre moderne, mais sympathique, il nous livre un travail plein de fantaisie et tout à fait dans les intentions de Mozart. La caractérisation des personnages – une mention spéciale pour les costumes de Renata Martin et Andreas Donhauser – et la direction d’acteur sont des plus professionnelles, le tout étant drôle sans jamais frôler la caricature. Au contraire, Moretti parvient à faire ressortir l’histoire humaine derrière cette comédie réputée superficielle.

Le metteur en scène est aidé en cela par la direction musicale de . Contrairement à ses récentes Noces salzbourgeoises, il trouve ici le ton juste pour un opéra comique. Sa lecture est alerte et énergique. Mais Harnoncourt ne se contente pas seulement de soigner les apparences. Il découvre ainsi une richesse inattendue dans l’orchestration. Le formidable orchestre « La Scintilla », qui joue sur instruments d’époque, sort de sa fonction d’accompagnateur pour devenir un véritable partenaire des chanteurs, et commente ce qui se passe sur scène.

La distribution est digne des plus grands éloges. campe une Sandrina idéale, à la fois opiniâtre et touchante dans sa douleur, sans parler d’une prestation vocale rien moins que parfaite. , dont la voix s’est étoffée depuis ses débuts à Zürich, est un ténor mozartien de premier ordre, au timbre agréable et admirablement homogène. Aucune réserve en ce qui concerne l’Arminda prétentieuse de Isabel Rey, de plus très en voix, ni en ce qui concerne le Ramiro sensible de , très à l’aise dans les vocalises de son premier air. La jeune , soprano des plus prometteuses, incarne une Serpetta aussi effrontée que sensuelle. Gabriel Bermudez, habituellement distribué dans des rôles secondaires, surprend avec ses dons d’acteurs, mais aussi une performance vocale sans failles. Rudolf Schasching enfin, triste Hérode et piètre Erik à l’Opéra de Zürich, trouve dans le rôle du Podestà un emploi à sa mesure. Le timbre sans charme convient merveilleusement à ce personnage à la fois vaniteux et faible. Notons pour finir que cette production présente l’opéra du jeune Mozart sans aucune coupure, ce qui renforce encore l’intérêt de la publication.

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : La finta giardiniera. Mise en scène : Tobias Moretti. Décors : Rolf Glittenberg. Costumes : Renata Martin et Andreas Donhauser. Avec : Eva Mei, Sandrina ; Christoph Strehl, Il Contino Belfiore ; Isabel Rey, Arminda ; Rudolf Schasching, Il Podestà ; Liliana Nikiteanu, Il Cavalier Ramiro ; Julia Kleiter, Serpetta ; Gabriel Bermudez, Nardo. Orchestra « La Scintilla » de l’Opéra de Zürich, direction : Nikolaus Harnoncourt. Réalisation télévisée : Felix Breisach. 2 DVD TDK 8 24121 00193 3. Filmé à l’Opéra de Zürich, les 23 et 25 février 2006. Sous-titrage en anglais, allemand, français, espagnol et italien. Zone 0. 187 minutes.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.