À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Le Quatuor Renoir interprète Schumann

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Quatuor à cordes en la mineur, op. 41 n° 1 ; Quatuor à cordes en la majeur, op. 41 n° 3. Quatuor Renoir (Hélène Collerette, violon ; Florent Brannens, violon ; Fanny Coupé, alto ; Emmanuel Gaugué, violoncelle). 1 CD Zig-Zag Territoires. Réf. : ZZT 060602. Enregistré du 24 au 28 octobre 2005 à l’église Saint Michel de Paris (8e). DDD. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 57’12

 

L’opus 41 (1842) de , après une longue période de dépréciation généralisée, s’honore à présent de quelques références discographiques de premier plan. On pense par exemple et très sélectivement aux versions talentueuses du Quatuor Melos (DG, 1986) et du Quatuor Avryn (Tacet, 2000). Dans le cadre de la collection « Quatuor à cordes de Bordeaux » soutenue par Mécénat Musical Société Générale, ce cinquième volume revient aux cordes du , une encore jeune formation (une dizaine d’années) en pleine croissance technique et artistique.

Les quatre compères donnent des pages de Schumann une lecture que l’on peut qualifier de classique et où, à juste titre, personne ne verrait l’intérêt de prises de risques n’ayant nullement lieu d’être dans ce registre. Est-il nécessaire de préciser que leur jeu bien assuré laisse de plus deviner et entrevoir un certain nombre de potentialités qui, à n’en point douter, se développeront davantage encore dans un avenir proche. En attendant, les Premier et Troisième quatuors de l’opus 41 reçoivent un traitement franc, source d’un tissu sonore relativement dense, non exempt parfois de raideur mais au sein duquel les différentes lignes mélodiques sont perceptibles, évitant les décorations inutiles, les surcharges superflues et les enjolivements dénaturants.

La conviction individuelle des membres du est nettement perceptible et profitable au jeu de l’ensemble qui de la sorte en bénéficie opportunément. En rendent compte l’engagement du Scherzo presto du Quatuor en la mineur et la vivacité du Finale : Allegro molto vivace du n° 3, celui en la majeur. Les mouvements lents (respectivement Adagio et Adagio molto) reçoivent un traitement adéquat, recueilli mais sans pathos déplacé, lyrique certes mais jamais au sens exacerbé d’un certain post-romantisme que certains exploiteront plus tard. Un enregistrement intéressant rendant justice au travail du Quatuor Renoir. On espère son avenir jalonné de bornes toujours plus personnelles.

(Visited 247 times, 1 visits today)

Plus de détails

Robert Schumann (1810-1856) : Quatuor à cordes en la mineur, op. 41 n° 1 ; Quatuor à cordes en la majeur, op. 41 n° 3. Quatuor Renoir (Hélène Collerette, violon ; Florent Brannens, violon ; Fanny Coupé, alto ; Emmanuel Gaugué, violoncelle). 1 CD Zig-Zag Territoires. Réf. : ZZT 060602. Enregistré du 24 au 28 octobre 2005 à l’église Saint Michel de Paris (8e). DDD. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 57’12

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.