bandeau RES MUSICA

Rossini : Du miel dans un Cœur de Fer

À emporter, CD, Opéra

Gioachino Rossini (1792-1868) : Matilde di Shabran. Juan Diego Flórez, Corradino Cuor di ferro ; Annick Massis, Matilde di Shabran ; Hadar Halevy, Edoardo ; Marco Vinco, Aliprando ; Bruno de Simone, Isidoro ; Chiara Chialli, Contessa d’Arco ; Carlo Lepore, Ginardo ; Gregory Bonfatti, Egoldo ; Bruno Taddia, Raimondo Lopez ; Lubomir Moravec, Rodrigo. Prague Chamber Choir (direction : Lubomir Matl), Orquesta Sinfonica de Galicia, direction : Riccardo Frizza. 3 CD Decca 475 7688. Enregistré sur le vif au Teatro Rossini de Pesaro les 8, 11, 14, 17 et 20 août 2004. Notice et livret en français, anglais, italien et allemand. Durée 185 minutes.

 

L’ouverture menée assez mollement donne le ton : on est parti pour s’ennuyer. Pourtant, de partout pleuvent les louanges sur cette œuvre que nos anciens avaient remisée aux oubliettes. Aujourd’hui, parce que le coût de la production de Pesaro a probablement dépassé les budgets prévus, on se persuade qu’ils n’y connaissaient rien du tout, qu’ils avaient bien tort et que nous avons à faire à un véritable chef-d’œuvre ! D’évidence, composée dans la précipitation pour l’opéra de Naples, si cette œuvre se situe entre Il Barbiere di Siviglia et la Cenerentola pour l’opéra de Rome et Il Viaggio a Reims et le Comte Ory pour la scène parisienne, elle n’en a aucunement la verve. En tentant de combiner la comédie et l’opera seria, Rossini oscille constamment entre la chèvre et le chou. D’aucuns seront comblés par les instants de musique raffinée qui parsèment l’œuvre, d’autres par les traditionnels clichés musicaux. Sans grande cohérence musicale, sans unité, elle ressemble à un collage, même si contrairement à ses habitudes, Rossini ne s’est pas trop copié lui-même.

Cependant, le producteur s’est fendu d’un bel objet pour nos yeux et nos oreilles. Si par le luxe du coffret, l’emballage est haut de gamme, le contenu laisse pourtant un peu à désirer. Après avoir renoncé à essayer de comprendre une intrigue abracadabrante, l’attention doit se concentrer sur l’interprétation. En dépit de toute leur bonne volonté, la plupart des solistes n’arrivent pas à faire décoller cette histoire, malgré leurs efforts à chanter très proprement une série d’airs sans brio ni génie. Il faudra attendre près de trente-cinq minutes pour qu’enfin quelque chose se passe. Et là, c’est l’enchantement. Le miracle du ténor qui, certes profitant d’un air admirablement bien écrit, fait une entrée tonitruante et farcie de vocalises époustouflantes. A écouter en boucle ! Dans son rôle de Corradino Cœur de Fer, il met du miel et peut-être la seule raison de se procurer cet enregistrement. En pleine forme, il est si lumineux, si solaire qu’on en vient à sauter les plages où il n’est pas présent.

Seule se hisse à la hauteur du ténor péruvien. Non pas que les autres interprètes soient véritablement mauvais, mais ils ne chantent pas dans « la cour des grands ». Se laissant entraîner par la fougue de son collègue, parvient même à oublier son chant si souvent trop sage. Et comme cela lui va bien ! Si ses vocalises restent entachées d’une certaine mollesse, sans les staccato qu’on attend d’un chant rossinien, la soprano s’acquitte de son rôle avec beaucoup d’élégance. Mais avec les moyens vocaux qu’elle possède, on pouvait espérer un peu plus de folie et d’audace.

Dommage que l’enregistrement favorise autant les chanteurs parce que les parties d’orchestre sont souvent très pimpantes. Dommage encore que la direction peu fringante de n’en ait pas relevé l’intérêt.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.