Banniere-ClefsResmu-ok

Lakatos joue Klezmer et gagne !

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Klezmer Karma. Myriam Fuks, chant ; Aldo Granato, accordéon ; Orchestre de chambre Franz-Liszt ; Ensemble Roby Lakatos, direction et violon : Roby Lakatos. 1 SACD Avanticlassic 5414706 10242. Enregistré en mars 2006 au Théâtre d’opérette de Budapest. Notice trilingue en anglais, français et allemand. Durée : 70’41’’.

 

Après un album littéralement flamboyant (Fire Dance) consacré à la musique tzigane, le violoniste Roby Lakatos nous propose cette fois un voyage musical du côté de la musique juive ashkénaze en général et des klezmerim (musiciens itinérants) en particulier. Ce répertoire s’étant développé en Europe de l’Est et ayant intégré toutes sortes d’influences musicales (tziganes, russes, orientales, etc. ), notre musicien hongrois est donc très à son aise dans ce répertoire qu’il connaît et fréquente depuis longtemps, tant il existe de points communs entre les mondes musicaux juif et tzigane.

Cette fois, le groupe s’est adjoint le concours de l’Orchestre de chambre , redoutable phalange d’une quinzaine d’instrumentistes à cordes, ce qui donne à certains morceaux plus d’épaisseur sonore. Comme sur l’album précédent, on trouve tout aussi bien des compositions originales que des « standards » du genre comme Hatikvah (splendide duo violon-guitare) mais comme l’aspect principal de la musique klezmer réside peut-être dans la langue qui véhicule les histoires et les chansons – le yiddish – Lakatos a invité la chanteuse Myriam Fuks, spécialiste incontestée de ce répertoire, à interpréter quelques titres, dont l’emblématique Yiddishe Mame et cette rencontre, qui confère une certaine gravité à cet album, qui débute de façon un peu mélancolique mais qui s’anime peu à peu, s’avère être une réussite.

Sans jamais céder aux clichés – nous sommes loin de la bande-son des Aventures de Rabbi Jacob et on n’entendra pas une note de clarinette – on retrouve la musicalité, la précision et la folie coutumières à ces excellents musiciens hongrois (Yiddishe Hassene à la façon du Chick Corea de Spain est un grand moment !). Une fois de plus, cet album est très recommandable.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.