À emporter, CD, Musique symphonique

Günther Herbig sur la vague Chostakovitch

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n° 7 en do majeur op. 60, « Leningrad ». Orchestre symphonique de la Radio de Sarrebruck, direction Günther Herbig. 1 CD Berlin Classics 0017972 BC. Enregistré dans la Salle des Congrès de Sarrebruck le 8 septembre 2000. Notice bilingue (allemand, anglais). Durée : 69’10’’

 

La vague Chostakovitch n’en finit pas de déferler. Nul ne s’en plaindra, heureusement. Les sorties discographiques s’accumulent et portent pour l’essentiel sur des lectures de haute qualité. Au sein de l’immense corpus symphonique bâti par le compositeur russe se dresse la Symphonie n° 7, connue surtout par son titre évocateur de « Leningrad » et son environnement socio-historique dramatique lié à l’encerclement de la ville par les troupes allemandes au début des années 1940. La sagacité et l’acuité avec lesquelles (chef allemand né en 1931) aborde cette partition doivent être indiquées d’emblée.

Son sang-froid et sa direction sans faute inspirent un Orchestre symphonique de la Radio de Sarrebruck des meilleurs jours. Le fameux premier mouvement, Allegretto, dans sa sauvagerie, figure la marche inexorable de l’armée d’invasion avec son orchestration surdimensionnée forte de huit cors, six trompettes, six trombones et un tuba. Mais cette symphonie comporte également des pages moins sarcastiques et moins heurtées comme par exemple l’Adagio apaisé mais non assoupi, agrémenté de deux acmés d’intensité appelant à la vigilance et à l’action.

Chostakovitch décrit la brutalité guerrière (et parfois politique) alternant avec des moments de satisfaction durable. Il semble savourer cette oscillation incapable d’accoucher d’une satiation durable. A cet égard l’orchestre brille de tous ses pupitres grâce à la conduite d’un chef de grand talent, se rapprochant des plus grandes réalisations discographiques passées. Ses précédents enregistrements de symphonies de Chostakovitch avec la même phalange confirment son étroite adéquation avec l’art du Russe. On songe en particulier aux Symphonies n° 5 et 8, les plus importantes du cycle. Tous et toutes sont servis par une prise de son remarquable de précision sans tomber dans le biais d’une analytique excessive.

Une magnifique occasion de savourer cet opus 60 et pour certains d’élargir leur découverte aux autres symphonies de l’un des créateurs phares du XXe siècle.

Les symphonies de Chostakovitch sur ResMusica

Plus de détails

Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Symphonie n° 7 en do majeur op. 60, « Leningrad ». Orchestre symphonique de la Radio de Sarrebruck, direction Günther Herbig. 1 CD Berlin Classics 0017972 BC. Enregistré dans la Salle des Congrès de Sarrebruck le 8 septembre 2000. Notice bilingue (allemand, anglais). Durée : 69’10’’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.