The Berlin Concert, soirée de plein air à Berlin

À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Ouvertures et aires de Giuseppe Verdi (1813-1901), Francesco Cilea (1866-1950), Giacomo Puccini (1858-1924), Jules Massenet (1842-1912), Georges Bizet (1838-1875), Gioacchino Rossini (1792-1868), Maria Grever (1885-1951), Franz Lehár (1870-1948), Ernesto de Curtis (1875-1937), Pietro Mascagni (1863-1945), Furio Rendine (1920-1987), Leonard Bernstein (1918-1990), Pablo Sorozabál (1897-1988). Anna Netrebko, soprano ; Plácido Domingo, ténor ; Rolando Villazón, ténor. Orchestre du Deutsche Oper de Berlin, direction : Marco Armiliato. 1 DVD Deutsche Grammophon 00440 073 4302. Enregistré au Waldbühne le 7-VII. 2006. Sous-titrage en anglais, allemand, français, espagnol et chinois. Toutes zones. Durée : 110’

 

Voulez-vous déguster une excellente soirée en plein air à Berlin ? Rien de plus simple avec l’acquisition de ce fort sympathique DVD enregistré en juillet 2006 au « Waldbühne » (que l’on peut traduire par la Scène forestière). En vedette, la belle soprano , tour à tour sensuelle, enjôleuse ou grave, vocalement très présente et précise. A ses côtés, le merveilleux et légendaire et celui que l’on considère comme son héritier, à la carrière fulgurante, . Deux ténors en grande forme dont les démonstrations vocales ont littéralement subjugué les quelque vingt mille spectateurs manifestement fascinés par une succession de morceaux de bravoure tirés d’opéras illustres ou un peu moins parfois, mais à l’impact garanti et puissant sur les auditeurs. Pour les accompagner un excellent chef italien, , réplique approximative d’un Roberto Benigni apaisé, mais quand même passionné et maîtrisant parfaitement ses partitions. Il mène l’orchestre du Deutsch Oper de la capitale allemande avec une apparente bonhomie mais, n’en doutons pas, avec la technique et l’exigence indispensables au bon déroulement de cette prestation souriante soutenue par une audience chaleureuse et empathique. Mis à part une certaine déperdition sonore due aux conditions même de la représentation – cependant largement compensée par une prise de son très efficace – les intermèdes purement orchestraux offrent de l’orchestre berlinois une image plutôt positive. Qu’il s’agisse de la bouillante ouverture de Nabucco (Verdi), du truculent Entr’acte de Carmen (Bizet) ou encore de la pétillante ouverture de Semiramis (Rossini), chef et phalange s’en donnent à cœur joie. Et réussissent pleinement !

Seuls, en duos voire tous les trois ensemble (extraits de la Traviata et Dein ist mein ganzes Herz de Franz Lehar) ces chanteurs offrent une série de démonstrations très convaincantes de leurs merveilleuses capacités vocales mais aussi de leurs potentialités dramatiques et tantôt comiques. Bref, on ne s’ennuie pas un instant. Parmi les must, « O mio babbino caro » (Gianni Schicchi de Puccini) chanté avec un hédonisme communicatif par la soprano, et le duo des Pêcheurs de perles de Bizet où l’on découvre un Domingo assurant la partie de baryton et laissant ainsi à son jeune compère Villazón les envolées lyriques. Le frémissant mexicain a déchaîné les foules dans la très fameuse Danza de Rossini. « Deux ténors et une femme » (Die Welt)… une fameuse rencontre à savourer avec gourmandise, seul ou en compagnie, avec quelques notions, ou vierge de connaissances musicales, pour le pur plaisir immédiat de l’écoute spontanée.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.