Carmen-banniere-728x90

Telemann ou le bonheur (partagé) de la musique

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Georg Philipp Telemann (1681-1767) : sonates en duo et trio. Violaine Cochard, clavecin ; David Plantier, violon ; Emmanuel Jacques, violoncelle ; Laura Monica Pustilnik, archiluth. Ensemble Amarillis, flûte à bec, hautbois et direction : Héloïse Gaillard. 1 CD Ambroisie 112. Enregistré au château de Juigné-sur-Sarthe en mars 2006. Notice bilingue en français et en anglais. Durée : 57’19’’.

 

fut en Europe et à son époque le musicien allemand le plus réputé. Ami tant de Jean Sébastien Bach (il sera le parrain de Carl Philipp Emmanuel) que de Georg Frideric Haendel (qui lui envoie des caisses de fleurs d’Angleterre), il se familiarisa – en se rendant sur place ou bien en étudiant les manuscrits – avec les styles musicaux nationaux majeurs de son temps, français et italien et parvint sans doute mieux que quiconque à opérer la « Réunion des goûts » chère à François Couperin. Loin de se limiter à ces styles, il fut également bien au fait de la musique polonaise puisqu’il en intègra des éléments dans son propre langage musical.

La musique de chambre sous toutes ses formes est l’un des grandes spécialités de notre musicien. Ainsi bien en solo (un dessus plus continuo) qu’en trio (deux dessus et continuo), son écriture est fluide et ne cède que rarement à la facilité. Jouant lui-même de très nombreux instruments, il sait comment écrire pour que cela sonne et sonne bien et comment faire en sorte que sa musique soit aussi agréable à jouer qu’à écouter. Auteur de publications importantes comme le périodique Der Getreue MusikMeister (à partir de 1728), ou les recueils Tafelmusik (1733) ou Essercizii Musici (1740), sa musique est très largement diffusée et jouée.

L’excellent ensemble français Amarillis, mené de main de maître par la flûtiste et hautboïste , nous donne un très bon aperçu de ses œuvres en solo (une pièce pour violoncelle) et en trio (cinq œuvres dont quatre extraites des Essercizii Musici). Il est à noter la présence de deux raretés musicales : des trios pour dessus, clavecin obligé (dont toutes les notes sont écrites) et continuo. Certaines de ses pièces avaient été jadis enregistrées – dans les années 60 et 70 !– par Franz Brüggen et le coup de jeune apporté ici est bien salutaire, tant pour l’interprétation, impeccable, que pour l’aspect technique de l’enregistrement (prise de son, mixage, …). Ce n’est pas un disque de musique baroque de plus mais un élément essentiel de la discographie de Telemann.

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.