À emporter, CD, Musique symphonique

Les Rayons du jour d’Edith Canat de Chizy

Plus de détails

Edith Canat de Chizy (née en 1950) : Alive, Quatuor à cordes n°2 ; Wild pour alto et violoncelle ; Formes du vent pour violoncelle seul ; Falaises, quintette à cordes ; Les rayons du jour, concerto pour alto. Quatuor Ebène : Pierre Colombet, Gabriel Le Magadure, violons ; Mathieu Herzog, alto ; Raphaël Merlin, violoncelle ; Emmanuelle Bertrand, violoncelle ; Ana-Bela Chavez, alto. Orchestre de Paris, direction : Christoph Eschenbach. 1 SACD Disques Fy & Du Solstice 234. Enregistré à Paris, au studio de la Verrière du 6 au 8 Avril 2005 et par Radio Classique au Théâtre Mogador les 2 et 10 Février 2005. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 56’54’’.

 

Ce lumineux album produit par les disques du Solstice est une troisième monographie pour Edith Canat de Chizy ; la compositrice y poursuit son investigation dans l’univers des cordes, son domaine de prédilection – elle est elle-même violoniste – qu’elle aborde ici par le biais de cinq formations différentes allant du solo à l’effectif orchestral.

Comme dans son premier quatuor Vivere, Edith Canat de Chizy exploite dans Alive la puissance énergétique des quatre archets suivant des trajectoires mouvantes vrillant l’espace, dans une recherche obsessionnelle du mouvement et avec cet art raffiné et subtil de la texture qui captive notre écoute. On est subjugué par l’élan et les couleurs obtenus par le jeune quatuor Ebène, Mathieu Herzog et Raphaël Merlin – altiste et violoncelliste – se retrouvant en duo dans une version fulgurante de Wild (sauvage) dont ils soignent tout particulièrement la précision du trait et la complicité des échanges.

Sous-titrées cinq études de mouvement, les formes du vent (2002) répond au format imposé par l’émission aujourd’hui disparue des «alla breve» initié par Radio France. Puissant et inspiré, le geste d’Emmanuelle Bertrand en détaille les allures fantasques et versatiles, conférant à ces cinq séquences pratiquement enchaînées une ferveur toute particulière ; celle qui se dégage également du Quintette à deux violoncelles – dont l’un est soliste – Falaises, une œuvre portée par l’énergie et la véhémence de l’écriture ouvrant «sur une perspective de l’ailleurs».

Après Exultet et Moïra, ses concertos pour violon et violoncelle, les Rayons du jour – titre éponyme d’une toile de Nicolas de Staël – pour alto solo, est le troisième concerto d’Edith Canat de Chizy et sans aucun doute le plus bel aboutissement de son écriture pour grand ensemble. L’œuvre retrace, en ses trois parties – Déchirure, Mouvement et Transparence – les étapes de la peinture de Nicolas de Staël. L’alto pugnace d’Ana-Bela Chavez, au centre de l’onde orchestrale, semble «diffracter» ses sonorités dans un orchestre aux couleurs chatoyantes qu’Edith Canat de Chizy traite ici avec une virtuosité inégalée.

La qualité d’enregistrement de cet album est remarquable tout comme les textes qui s’y rapportent, la plume zélée d’Omer Corlaix prolongeant les propos essentiels de la compositrice.

Plus de détails

Edith Canat de Chizy (née en 1950) : Alive, Quatuor à cordes n°2 ; Wild pour alto et violoncelle ; Formes du vent pour violoncelle seul ; Falaises, quintette à cordes ; Les rayons du jour, concerto pour alto. Quatuor Ebène : Pierre Colombet, Gabriel Le Magadure, violons ; Mathieu Herzog, alto ; Raphaël Merlin, violoncelle ; Emmanuelle Bertrand, violoncelle ; Ana-Bela Chavez, alto. Orchestre de Paris, direction : Christoph Eschenbach. 1 SACD Disques Fy & Du Solstice 234. Enregistré à Paris, au studio de la Verrière du 6 au 8 Avril 2005 et par Radio Classique au Théâtre Mogador les 2 et 10 Février 2005. Notice bilingue (français, anglais). Durée : 56’54’’.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-clefdor1-aveclogo

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.