À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Splendeurs du siècle baroque : et si l’on oubliait ?

Plus de détails

Jean-Sébastien Bach (1685 – 1750) : Aria de la Suite en ré ; Chroral «Jésus que ma joie demeure » ; Suite en ut mineur. Tommaso Albinoni (1671-1750) : « Célèbre » Adagio. Johann Pachelbel (1653-1706) : Canon. Benedetto Marcello (1686-1739) : Adagio du concerto en ut mineur. Giovanni Battista Pergolèse (1710-1736) : Concerto en ré. Christoph Willibald Gluck (1714-1787) : Scène des Champs-Elysées extraite d’Orphée et Eurydice. Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Largo. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sonate en si bémol majeur « composée à l’âge de 8 ans ». Gabriel Fumet, flûte. Jean-Paul Imbert, orgue. 1 CD Integral ME 0207/1. Code barre : 3 576070 001089. Date et lieu de l’enregistrement NC. Notice Bilingue (anglais, français). Durée totale : 68’40.

 

Il sera malheureusement nécessaire d’oublier très vite ce CD. La pochette nous alerte déjà. Pachelbel voit son nom estropié, l’adagio d’Albinoni est qualifié de « célèbre » (ceci au cas où vous auriez un doute sur ce que vous allez entendre) et la date de disparition de Pergolèse est fausse, sans compter le « composée à 8 ans » pour Mozart !

Cette pochette, où l’on a pris le risque de choisir pour la couverture, une statue du parc de Versailles (sans tenir compte de sa signification, simplement parce qu’on y voit un personnage jouer de la flûte), est vraiment à l’image de ce disque. Le personnage en question, avec ses formes lascives, des grappes de raisin dans la coiffure, aurait pu alerter quelqu’un ; il a pour nom le Lymphatique et représente l’une des quatre complexions de l’homme, dessiné par Charles Le Brun. C’est un symbole… du laxisme !!

Que reste t-il alors à dire sur ce disque ? Quasiment rien. Il s’agit d’une anthologie dont l’objectif est d’offrir un enregistrement « d’œuvres ayant acquis une gloire universelle ». Malheureusement la « gloire » n’excuse pas tout, l’on pourrait même dire qu’elle exige tout. Difficile alors d’adhérer aux options proposées, en entendant l’interprétation donnée ici de ces courts extraits d’œuvres. Les tempi à eux seuls en rendent l’écoute assoupissante, lorsque les sons trop aigus de la flûte traversière, dans certains passages, ne vous semblent pas complètement incongrus !

Alors oublions ce disque, il ne peut satisfaire aucun public. Ni les amoureux du baroque, dont la recherche du son et de la « magie » baroque ne trouveront ici que des raisons d’agacements, ni le néophyte désireux de découvertes, de préférence enrichissantes, sa déception serait trop grande. Laissons le Lymphatique à ses inconséquentes distractions ; il est, nous vous l’assurons, des trésors et de bien réelles splendeurs baroques à découvrir, et qui vous attendent en concert et chez les disquaires.

(Visited 128 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jean-Sébastien Bach (1685 – 1750) : Aria de la Suite en ré ; Chroral «Jésus que ma joie demeure » ; Suite en ut mineur. Tommaso Albinoni (1671-1750) : « Célèbre » Adagio. Johann Pachelbel (1653-1706) : Canon. Benedetto Marcello (1686-1739) : Adagio du concerto en ut mineur. Giovanni Battista Pergolèse (1710-1736) : Concerto en ré. Christoph Willibald Gluck (1714-1787) : Scène des Champs-Elysées extraite d’Orphée et Eurydice. Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Largo. Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : Sonate en si bémol majeur « composée à l’âge de 8 ans ». Gabriel Fumet, flûte. Jean-Paul Imbert, orgue. 1 CD Integral ME 0207/1. Code barre : 3 576070 001089. Date et lieu de l’enregistrement NC. Notice Bilingue (anglais, français). Durée totale : 68’40.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.