Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Les Samedis de la jeune création européenne

Plus de détails

Strasbourg. Palais du Rhin ; 29-IX-2007. Maurilio Cacciatore (né en 1981) : Des Jeux avec la lumière. Zeynep Gedizlioglu (née en 1977) : Yol. Andrea Agostini (né en 1975) : Microscopes. Adrian Borreda Gomar (1983) : El milagro de la levitacion. Fernando Garnero (né en 1976) : Cinq portraits pour le vent du Sud. Fillippo Perocco (né en 1973) : …con furore. Françoise Kubler, soprano ; Elodie Haas, violon ; Christophe Beau, violoncelle ; Jean-Daniel Hégé, contrebasse ; Armand Angster, clarinette ; Michèle Renoul, Piano ; Emmanuel Séjourné, percussion ; Frédéric Schiel, trompette. Ensemble Accroche Note

Festival Musica 2007

En partenariat avec la SACEM qui soutient depuis trois ans déjà cette initiative, le Festival Musica poursuit sa vocation d’ouverture à la jeune création et met à son programme, comme l’an dernier, trois concerts du Samedi matin consacrés à la jeune génération de compositeurs. Sélectionnés par un comité auquel participent les interprètes de ces « Samedis matin », ce sont 18 jeunes artistes français, italiens et espagnols qui ont été retenus et qui entendront leurs pièces interprétées par l’ensemble Accroche Note, fidèle au rendez-vous, mais aussi par les étudiants du CNSM de Lyon et l’, autre phalange de musique contemporaine strasbourgeoise lancée pour la première fois dans l’aventure pour défricher le terrain fertile de ces nouvelles écritures.

Soulignons d’emblée la qualité de la prestation et la pertinence d’une sélection qui permettait, à travers des formations toutes diverses, d’apprécier les options de chacun et l’engagement – la prise de risque parfois – assumé par certains.

Ils sont pour la plupart élèves d’ au conservatoire de Strasbourg. C’est le cas de Maurillio Cacciatore qui, dans Deux jeux avec la lumière pour clarinette basse, violoncelle et piano fait preuve d’une belle maîtrise de l’écriture instrumentale pour trouver une couleur, forger une texture et jouer avec finesse sur les reflets moirés de la matière sonore.

D’origine turque, Zeynep Gedizlioglu, seule représentante féminine de la matinée, suit un cursus très complet mêlant la composition instrumentale – elle est également dans la classe d’ – et l’approche de la technique électronique avec et . Yol pour clarinette, vibraphone, piano, violon et violoncelle ouvre un bel espace de résonance à l’intérieur duquel la compositrice va progressivement tisser un réseau de lignes selon un processus continu aboutissant à la densification de la matière sonore.

Dans Microscopes, , diplômé du conservatoire de Bologne, sollicite la voix de dans les trois beaux poèmes d’Emily Dickinson qu’il sertit d’un environnement sonore finement ciselé pour créer une dramaturgie intéressante au sein d’un ensemble parfaitement fusionnel.

Si la pièce pour violoncelle solo de , El milagro de la levitaciòn rappelant l’univers intimiste de la guitare – son instrument personnel – n’engage pas un travail très approfondi dans l’univers poétique où il semble vouloir nous entraîner – rappelons qu’avec ses 24 ans à peine il est le plus jeune compositeur de Musica ! – Cinq portraits pour le vent du Sud de – compositeur argentin/italien déjà très investi dans le monde de la création – creuse, à partir d’une formation en trio – clarinette basse, violon et contrebasse – un travail sur la texture sonore et les fines variations de matière rendues par le jeu toute en subtilité des trois instrumentistes captivant l’écoute de l’auditoire.

, jeune vénitien très sympathique, familier des univers d’ et de , très engagé lui aussi dans la création contemporaine, s’impose, haut et fort, avec …con furore, une œuvre plus ambitieuse dans le choix de l’effectif – soprano, violon, violoncelle, trompette, clarinette, percussion et piano – et plus aventureuse dans le traitement du mot. Le texte inspiré du poème Il tramar sottile d’una rete emigrante d’, que Perocco retravaille, est éclaté en une séquences de phonèmes projetés par la chanteuse à travers un porte-voix et durcis par les sifflets de tous les instrumentistes disponibles. La partition de six minutes se mue en une grande clameur hurlant son urgence à dire, chose essentielle pour un compositeur et sans aucun doute très prometteuse !

Crédit photographique : Zeynep Gedizlioglu © DR

Plus de détails

Strasbourg. Palais du Rhin ; 29-IX-2007. Maurilio Cacciatore (né en 1981) : Des Jeux avec la lumière. Zeynep Gedizlioglu (née en 1977) : Yol. Andrea Agostini (né en 1975) : Microscopes. Adrian Borreda Gomar (1983) : El milagro de la levitacion. Fernando Garnero (né en 1976) : Cinq portraits pour le vent du Sud. Fillippo Perocco (né en 1973) : …con furore. Françoise Kubler, soprano ; Elodie Haas, violon ; Christophe Beau, violoncelle ; Jean-Daniel Hégé, contrebasse ; Armand Angster, clarinette ; Michèle Renoul, Piano ; Emmanuel Séjourné, percussion ; Frédéric Schiel, trompette. Ensemble Accroche Note

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.