À emporter, Audio, Musique symphonique

Arturo Toscanini wagnérien hors pair

Plus de détails

Richard Wagner (1813-1883) : Der fliegende Holländer, ouverture ; Tannhäuser, prélude de l’acte III (version originale) ; Parsifal, synthèse symphonique (arrangement de Toscanini). NBC Symphony Orchestra, direction : Arturo Toscanini. 1 CD Testament SBT1382. Code barre : 749677138226. Enregistré le 23 mars 1940 et le 31 mars 1946 au Studio 8-H de la NBC, New York, et le 29 novembre 1953 au Carnegie Hall, New York. ADD [mono]. Notices trilingues (anglais, allemand, français) excellentes. Durée : 73’57.

 

Arturo Toscanini wagnérien hors pairConsidérant l’ensemble de la carrière d’ (1867-1957), il est évident que fut une des plus profondes et durables passions du Maestro italien qui éprouva une authentique fascination pour cet idéal suprême et incomparable de l’opéra en tant qu’art dramatique, le Wort-Ton-Drama ou Gesamtkunstwerk, l’œuvre d’art complète. Sans vraiment abonder dans le sens de certains chroniqueurs convaincus que Wagner était le plus grand amour de Toscanini, avec ou peut-être même sans Beethoven, et que cette vénération n’atteignait même pas Verdi, son compatriote, il est édifiant de constater que sa fidélité à Wagner s’étendit sur plus de six décennies, puisque dès 1893 il dirigeait Le Vaisseau Fantôme à Palerme, tandis que son dernier concert à New York le 4 avril 1954, ultime adieu au monde musical, fut entièrement consacré à (Music & Arts CD-3008), comme d’ailleurs le concert d’adieu que Toscanini accorda auparavant à la Scala de Milan, le 19 septembre 1952.

La carrière de Toscanini peut se subdiviser en deux périodes axées avant et après 1937, l’année où il prit en charge l’Orchestre Symphonique de la NBC ; la première période le vit – sans dédaigner les œuvres symphoniques – défenseur acharné de tout un répertoire lyrique qu’il affectionnait particulièrement : ses compatriotes Boito, Cilea, Franchetti, Giordano, Leoncavallo, Mascagni, Montemezzi, Pizzetti, Puccini, Verdi, Wolf-Ferrari, Zandonai, mais aussi Gustave Charpentier, Paul Dukas, Debussy, Moussorgski, Weber, Richard Strauss et bien sûr Wagner : rappelons que Toscanini fut le premier chef non allemand à diriger au Festival de Bayreuth, en 1930 et 1931. Toutefois, après 1937, il ne gardera du répertoire wagnérien que les pages symphoniques des opéras, et les œuvres proposées ici en sont un exemple parmi d’autres.

Toutefois cet exemple offre quelques particularités : d’abord Toscanini ne grava en studio aucune des pages proposées ici en radiodiffusion publique, l’exécution de l’Ouverture du Vaisseau Fantôme étant la dernière (31 mars 1946) d’une série de dix données à New York. Ensuite le Maestro nous gratifie d’un véritable cadeau en nous offrant la rare version originale du Prélude de l’acte III de Tannhäuser, version que Wagner avait écarté de l’opéra en raison de sa longueur, mais qui a parfaitement sa place au concert ; l’interprétation de Toscanini (29 novembre 1953), la dernière des trois présentées à la NBC, est la preuve éclatante que le chef n’était pas le champion inconditionnel de la vitesse : la noblesse, l’intériorité et la retenue qu’il témoigne ici confirme sa profonde affection pour cette page particulièrement émouvante.

Mais le plus surprenant est cette synthèse symphonique de Parsifal commise par notre Maestro ! On croyait cette pratique seul apanage d’un Leopold Stokowski (ce dernier ayant réalisé également une synthèse symphonique du seul acte III de Parsifal), mais non ! Dans la première moitié du XXe siècle, cela se faisait couramment, et même le poétique Bruno Walter enregistra en novembre 1925 une synthèse symphonique de l’acte II sous le titre Le Jardin Enchanté de Klingsor et Scène des Filles-Fleurs… Toutefois l’arrangement orchestral de Toscanini emporte l’adhésion au moins par son ampleur (49 minutes) et le soin apporté à relier les épisodes selon les règles de l’harmonie, même si la chronologie de l’opéra s’en trouve quelque peu bousculée : se présentent ainsi successivement le Prélude de l’acte I, l’Enchantement du Vendredi Saint, les Préludes de l’acte II et de l’acte III, Le Jardin Enchanté de Klingsor et Scène des Filles-Fleurs de l’acte II, et le Finale de l’acte III. Un chroniqueur de l’époque a parfaitement défini cette interprétation : « En dépit de ces juxtapositions insolites, l’interprétation fut extraordinaire tant par son élévation spirituelle que par son intensité et sa force expressive. »

Parsifal était l’opéra de Wagner préféré de Toscanini, et sa connaissance particulièrement approfondie de l’œuvre l’amena à exécuter le Prélude de l’acte I tel qu’il se présente dans l’opéra, et non pas avec la conclusion spécialement destinée au concert : Toscanini préfère ainsi enchaîner sans interruption les fanfares de trombones du tout début de l’acte I à l’Enchantement du Vendredi Saint, toujours dans le respect des règles de l’harmonie.

Signalons pour terminer la qualité exceptionnelle de la restitution sonore (mais Testament nous y a constamment habitués !) : le parfait équilibre entre les aigues très pures et les basses bien rondes complète l’immense plaisir d’écoute de ce disque.

(Visited 492 times, 1 visits today)

Plus de détails

Richard Wagner (1813-1883) : Der fliegende Holländer, ouverture ; Tannhäuser, prélude de l’acte III (version originale) ; Parsifal, synthèse symphonique (arrangement de Toscanini). NBC Symphony Orchestra, direction : Arturo Toscanini. 1 CD Testament SBT1382. Code barre : 749677138226. Enregistré le 23 mars 1940 et le 31 mars 1946 au Studio 8-H de la NBC, New York, et le 29 novembre 1953 au Carnegie Hall, New York. ADD [mono]. Notices trilingues (anglais, allemand, français) excellentes. Durée : 73’57.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.