Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Laurent Naouri, l’adieu au romantisme

Plus de détails

Paris, Auditorium du Musée d’Orsay. 19-I-2008. Othmar Schoeck (1886-1957) : Elegie op. 36 ; Johannes Brahms (1833-1897) : Vier ernste Gesänge op. 121. Laurent Naouri, baryton ; Maciej Pikulski, piano ; solistes de l’Orchestre de Paris : Nathalie Lamoureux & Christophe Mourguiart, violons ; Nicolas Carle et Florian Voisin, altos ; Eric Picard et Frédéric Peyrat, violoncelles ; Vincent Pasquier, contrebasse ; Vincent Prats, flûte ; Gildas Prado, hautbois ; Philippe Berrod & Philippe-Olivier Devaux, clarinettes ; Jean-Michel Vinit, cor ; Cécile Beune, percussions. Direction : François-Xavier Roth.

Qui est ? C’est par cette phrase que nous avions salué un enregistrement récent de son œuvre chorale. A l’occasion de l’exposition sur Ferdinand Hodler, une série de concerts « Regards sur la Suisse » permettait de découvrir à l’Auditorium du Musée d’Orsay divers compositeurs helvétiques. La venue d’au moins une œuvre d’Othmar Schœck était inévitable.

Elegie est un vaste cycle de lieder dans la descendance de Schubert, Schumann, Brahms et Mahler, des esthétiques pourtant opposée qui se retrouvent dans cette pièce. Le langage de Schœck reste très personnel, d’un post-romantisme à fleur de peau, extrêmement chromatique. L’écriture vocale n’est jamais exposée, toujours dans le médium-grave. L’accompagnement d’un « orchestre en réduction », très courant à cette époque, montre une maîtrise exemplaire de l’instrumentation. Loin de toute austérité, ces 24 lieder d’une richesse sonore inouïe, découverte totale pour le public parisien, ont bénéficié du service de musiciens au zénith de leurs capacités. Les membres de l’Orchestre de Paris, en formation réduite, donnent le meilleur d’eux-mêmes, sous la direction ferme et attentive de . Aidé d’un accompagnement d’une telle qualité, ne pouvait que briller. Jamais la voix n’est forcée, l’émission est toujours souple, ample et généreuse, alliée à une prononciation exemplaire des poèmes de Lenau et Eichendorff. Son timbre sombre, presque noir correspond à merveille à ce cycle tout à la fois mélancolique et pastoral.

La courte seconde partie, faite des seuls Chants sérieux de Brahms, confirme le talent de récitaliste de  : soin apporté au texte, homogénéité du timbre, sonorité posée. La redoutable partie pianistique sous les doigts de est littéralement transcendée. Loin des récitals clinquant d’autres grandes salles, c’est à une véritable « classe de maître » d’interprétation du lied que le public a été convié ce soir là.

Crédit photographique : Laurent Naouri © DR

Plus de détails

Paris, Auditorium du Musée d’Orsay. 19-I-2008. Othmar Schoeck (1886-1957) : Elegie op. 36 ; Johannes Brahms (1833-1897) : Vier ernste Gesänge op. 121. Laurent Naouri, baryton ; Maciej Pikulski, piano ; solistes de l’Orchestre de Paris : Nathalie Lamoureux & Christophe Mourguiart, violons ; Nicolas Carle et Florian Voisin, altos ; Eric Picard et Frédéric Peyrat, violoncelles ; Vincent Pasquier, contrebasse ; Vincent Prats, flûte ; Gildas Prado, hautbois ; Philippe Berrod & Philippe-Olivier Devaux, clarinettes ; Jean-Michel Vinit, cor ; Cécile Beune, percussions. Direction : François-Xavier Roth.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.