À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Confrontation au sommet : Naples, Rome, Venise…

Plus de détails

L’orgue Gaetano Amigazzi de Michellorie-Albaredo d’Adige (Italie). Gregorio Strozzi (1615ca. -1687) : Mascara sonata e ballata da più Cavalieri Napolitani nel Regio Palazzo, Toccata de passagagli, euphonia, Aria con partite. Bernardo Pasquini (1637-1710) Toccata ottava, Passagagli per lo scozzese, Variationi capricciose in C, sol fa ut. Carlo Francesco Pollarolo (1653ca. -1723) : Sonata in re min., preludio, sonata. Alessandro Scarlatti (1660-1725) : Toccata aperta d’organo, fuga 1° tono, varie partite obligate al basso. Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonata K. 41 fuga in re min., sonata K. 87 in si min., sonata K. 513 pastorale in do magg., Benedetto Marcello (1686-1739) : Fuga in mi min., Sonata in sol magg., Baldassare Galuppi (1706-1785) : Sonata in re min. (andantino e presto). Luca Scandali à l’orgue Gaetano Amigazzi (1737) della chiesa della Beata Maria Virgine della Salute : Michellorie-Albaredo d’Adige (Verona-Italia). Mauro Occhionero : percussions historiques de la tradition populaire. 1 CD La bottega discantica ref : 168, code barre 8015203101685. Enregistré en février 2007, durée totale : 76’10’’. Livret bilingue italien/anglais.

 

Ce disque très documenté nous propose une confrontation musicale entre les écoles d’orgue italiennes de Naples, Rome et Venise, aux XVIIe et XVIIIe siècles, au travers d’un instrument de 1737, savamment restauré en l’an 2000, par la maison Formentelli de Vérone.

D’entrée, Naples s’impose à nous avec son ambiance de fête et de danse : une mascara sonata et bellata de que vient ponctuer une percussion de tradition populaire : un vrai régal ! Nous sommes encore un peu dans la renaissance et la musique hispano-italienne magnifiée par , autre célébrité de l’école de Naples.

Remontant vers le Nord, Rome a vu naître et se développer une grande école d’orgue, dont est l’un des plus brillants représentants, inspiré par le chant et la virtuosité des instruments à archet. La génération suivante verra l’arrivée des Scarlatti : Alessandro, et surtout Domenico, célèbre pour sa virtuosité au clavier, auteur génial de quelques rares sonates destinées à l’orgue, précisant les jeux à employer.

Venise reste incomparable pour sa musique toujours charmeuse et concertante. , dont on se souvient que Bach avait transcrit l’un de ses concertos pour le clavecin, lui rendra la pareille : on est étonné de découvrir dans l’une des fugues de Marcello, ni plus ni moins qu’une œuvre de Bach très légèrement remaniée, mais issue de la Toccata en mi mineur pour clavier. Baldassarre Galuppi, qui termine ce récital ouvre la porte à une autre époque : celle du style galant très en vogue en cette fin du XVIIIe siècle.

Le panorama est complet, grâce à ce choix très judicieux de pièces rassemblées par l’organiste , qui défend magnifiquement ce répertoire, par un jeu animé, rempli d’une agogique indispensable pour nous tenir en haleine, tout au long de ce programme.

Il est vrai qu’il touche un orgue racé, très fédérateur des styles et des goûts réunis de cette grouillante Italie baroque de l’orgue. Un instrument d’une intonation, d’une justesse et d’une projection rares, qui nous emmène très loin dans ce rêve musical en marche, et témoin d’une époque où l’orgue produisait une musique heureuse.

(Visited 85 times, 1 visits today)

Plus de détails

L’orgue Gaetano Amigazzi de Michellorie-Albaredo d’Adige (Italie). Gregorio Strozzi (1615ca. -1687) : Mascara sonata e ballata da più Cavalieri Napolitani nel Regio Palazzo, Toccata de passagagli, euphonia, Aria con partite. Bernardo Pasquini (1637-1710) Toccata ottava, Passagagli per lo scozzese, Variationi capricciose in C, sol fa ut. Carlo Francesco Pollarolo (1653ca. -1723) : Sonata in re min., preludio, sonata. Alessandro Scarlatti (1660-1725) : Toccata aperta d’organo, fuga 1° tono, varie partite obligate al basso. Domenico Scarlatti (1685-1757) : Sonata K. 41 fuga in re min., sonata K. 87 in si min., sonata K. 513 pastorale in do magg., Benedetto Marcello (1686-1739) : Fuga in mi min., Sonata in sol magg., Baldassare Galuppi (1706-1785) : Sonata in re min. (andantino e presto). Luca Scandali à l’orgue Gaetano Amigazzi (1737) della chiesa della Beata Maria Virgine della Salute : Michellorie-Albaredo d’Adige (Verona-Italia). Mauro Occhionero : percussions historiques de la tradition populaire. 1 CD La bottega discantica ref : 168, code barre 8015203101685. Enregistré en février 2007, durée totale : 76’10’’. Livret bilingue italien/anglais.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.