Danse , La Scène, Spectacles Danse

Kindertotenlieder de Gisèle Vienne : Punk is not dead

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Bastille. 28-IV-08. Gisèle Vienne : Kindertotenlieder. Conception : Gisèle Vienne. Texte et dramaturgie : Denis Cooper. Musique originale live : KTL (Stephen O’Malley et Peter Rehberg). Lumières : Patrick Riou. Interprété par et créé en collaboration avec : Jonathan Capdevielle, Margrét Sara Gudjonsdottir, Elie Hay, Guillaume Marie, Anne Mousselet.

Dans un cimetière enneigé, matérialisé par un cercueil ouvert, des jeunes – capuches vissées sur la tête – se sont rassemblés pour un concert in memoriam à un de leurs camarades, dûment munis de bouteilles de bière.

Suicide, assassinat ? Peu importe pour , qui qualifie elle-même ses spectacles étranges et saisissants de mises en scène chorégraphiques. Dans la brume perpétuelle de cette atmosphère macabre et sépulcrale, enfants poupées aussi vrais que nature et personnages de chair occupent hypnotiquement l’espace. Celui-ci est largement saturé des sons du groupe KTL, entre hardcore et rock métal, annihilant toute tentative de résistance à cette ambiance délétère.

Et la danse dans tout cela ? Pour , trentenaire dont les copines d’enfance sont devenues Djette ou plasticienne, la création d’un univers importe davantage que celle d’une écriture chorégraphique. On ne retrouve pas dans ses spectacles, qui explorent les notions de violence, de deuil et de sexe, d’usage physique du corps comme y sont accoutumés les danseurs, mais la présence corporelle des interprètes est sublimée, magnifiée par les lumières et la scénographie. En témoigne le superbe solo d’, dont les bras blancs et les longs cheveux bruns s’étirent lentement le long d’un micro sur pied.

Esthétiquement proche d’un , par son côté plasticien, le spectacle puise dans une culture rock alimentée par des courants musicaux plus récents, voire revisités. Hard rock, gothique, punk, heavy metal, bruitisme font écho aux expérimentations plasticiennes d’un Loris Gréaud ou d’un Damien Deroubaix, adeptes du noir charbon et de la tête de mort. Mais la culture de Gisèle Vienne puise plus loin dans ses racines germaniques, comme le prouve le titre du spectacle, Kindertotenlieder, hommage à Malher ou l’irruption bruyante et incongrue de deux Perchten autrichiens, ces figures qui surgissent au milieu de l’hiver pour chasser les démons et punir les âmes damnées. Un étonnant clin d’œil folklorique dans ce spectacle contemporain sombre et léché.

Crédit photographique : © Mathilde Darel

(Visited 334 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Bastille. 28-IV-08. Gisèle Vienne : Kindertotenlieder. Conception : Gisèle Vienne. Texte et dramaturgie : Denis Cooper. Musique originale live : KTL (Stephen O’Malley et Peter Rehberg). Lumières : Patrick Riou. Interprété par et créé en collaboration avec : Jonathan Capdevielle, Margrét Sara Gudjonsdottir, Elie Hay, Guillaume Marie, Anne Mousselet.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.