À emporter, CD, Musique symphonique

La consécration de James MacMillan

Plus de détails

James MacMillan (né en 1959) : The World’s Ransoming ; The Confession of Isobel Gowdie. Avec : Christine Pendrill, cor anglais. London Symphony Orchestra, direction : Colin Davis. 1 CD. LSO Live LSO0124. Code-barre : 822231 112426. Enregistré au Barbican de Londres les 24 et 25 septembre 2003 (The World’s Ransoming) et les 21 février et 3 mars 2007 (The Confession of Isobel Gowdie). Qualité d’enregistrement : DDD. Notice de présentation trilingue (anglais, français et allemand) ; durée : 45’05’’.

 

Ce très beau CD nous présente deux pièces de , le jeune compositeur écossais qui monte, qui monte… La première, The World’s Ransoming (1995-1996), est le début du triptyque qu’elle forme avec le concerto pour violoncelle écrit à l’intention de Rostropovitch et la composition intitulée Symphony : Vigil. Les trois morceaux constituent ainsi une véritable trilogie destinée à célébrer les grandes étapes de la Pâque chrétienne : le Jeudi Saint, le Vendredi Saint puis le dimanche de Pâque. The World’s Ransoming, consacrée à la liturgie du Jeudi Saint, reprend ainsi de nombreux thèmes de plain-chant, ainsi que celui du chorale de Bach « Ach, wie nichtig ». Le fil conducteur de cette remarquable partition nous est fourni par la partie confiée au cor anglais, que l’on entendra souvent en trio avec une série d’autres instruments : cor anglais et deux bassons, cor anglais et deux violoncelles, cor anglais et deux piccolos, etc. La partition, qui laisse également la part belle aux percussions, est d’une grande richesse rythmique et met particulièrement en valeur les pupitres du , commanditaire de l’ouvrage, conduit par un en grande forme.

L’autre pièce de ce CD, The Confession of Isobel Gowdie (1990) semble renouveler avec la musique programmatique du genre un peu négligé de nos jours du poème symphonique. Elle dépeint en effet, comme le titre l’indique, les différentes étapes de la confession de Isobel Gowdie, une des dernières Écossaises à avoir été condamnée à mort pour sorcellerie en 1662. Au-delà des références spécifiques aux actes avoués sous la torture par la malheureuse femme, on peut lire dans ces très belles pages un hommage appuyé à la nation écossaise toute entière, évoquée par mainte citation de chants, psalmodies et litanies réelles ou imaginaires. La partition se veut finalement la messe de requiem qui aurait dû accompagner le meurtre de la malheureuse victime d’inutiles et stupides fanatismes. Une fois encore, et le font merveille dans cette belle partition que tout auditeur intéressé par la création contemporaine aura grand plaisir à découvrir.

Plus de détails

James MacMillan (né en 1959) : The World’s Ransoming ; The Confession of Isobel Gowdie. Avec : Christine Pendrill, cor anglais. London Symphony Orchestra, direction : Colin Davis. 1 CD. LSO Live LSO0124. Code-barre : 822231 112426. Enregistré au Barbican de Londres les 24 et 25 septembre 2003 (The World’s Ransoming) et les 21 février et 3 mars 2007 (The Confession of Isobel Gowdie). Qualité d’enregistrement : DDD. Notice de présentation trilingue (anglais, français et allemand) ; durée : 45’05’’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.