Plus de détails

Saint-Denis, Basilique des Rois de France. 29-V-2008. Nicola Porpora (1686-1768) : Salve Regina ; Luigi Cherubini (1760-1842) : Chant pour la mort de Haydn ; Franz Schubert (1797-1828) : Messe en mi bémol majeur D950. Genia Kühmeier, soprano ; Elīna Garanča, mezzo-soprano ; Topi Lehtipuu & Herbert Lippert, ténors ; Luca Pisaroni, basse. Chœur de Radio-France (chef de chœur : Bruno Casoni), Orchestre National de France, direction : Riccardo Muti

Festival de Saint-Denis

Affluence des grands soirs, et pour cause, pour l’ouverture de la session 2008 du Festival de Saint-Denis. aux commandes de ce concert a concocté un programme dont il a le secret, fait de baroque tardif et de romantisme précoce sur lequel plane toujours l’ombre de l’opéra.

Le Salve Regina de ne doit sa survie qu’à l’excellence de ses interprètes. Avec , les cordes de l’ jouent comme un seul homme et forment un soutien idéal pour . La musique en elle-même ne présente rien d’exceptionnel, traditionnelle mélodie accompagnée dans le plus pur style italien. Le genre d’œuvres qui, interprétées sans grâce, tombent dans la vulgarité. Ce soir là nous en étions fort loin.

La grande surprise fut ce Chant sur la mort de Haydn signé . Cette pièce, véritable scène lyrique sans aucune référence au sacré, écrite en 1805 (soit quatre ans avant la mort de Haydn, sic) porte en elle les futures inspirations de Verdi et de Berlioz. Le traitement des voix est bel cantiste à souhait, très dramatique, sans jamais utiliser d’artifices vocaux ni d’ornements. La couleur orchestrale reste désespérément sombre, avec son introduction aux cors suivie d’un vaste solo du pupitre de violoncelles (divisés), une performance à mettre aussi au bénéfice des musiciens du National. Le trio de solistes (une soprano et deux ténors), avec une considérable partie a capella, a fort à faire. Dommage que seul ait pris soin de chanter en français.

A l’instar de ses autres ultimes œuvres pour piano (Sonate en si bémol majeur D960) ou pour orchestre (Symphonie n°9 en ut majeur D944), la Messe en mi bémol majeur D950 de Schubert est interminable, faite de ces « divines longueurs » dont le compositeur a le secret. La « pâte » Riccardo Muti est toujours présente : tempi amples et sonorité généreuse. En véritable aristocrate de la direction d’orchestre il nous offre une lecture riche et vivante, démonstrative sans être exubérante, empreinte de grandeur sans pour autant tomber dans le hiératisme. Le plateau de solistes, peu sollicités malheureusement, maintient ce niveau d’excellence. Le Chœur de Radio-France n’a quant à lui fait qu’une prestation honnête. De la part de 80 chanteurs professionnels, on est en droit de s’attendre à quelque chose de brillant, surtout avec un tel chef d’orchestre.

Crédit photographique : Riccardo Muti © Laurent Blum

Plus de détails

Saint-Denis, Basilique des Rois de France. 29-V-2008. Nicola Porpora (1686-1768) : Salve Regina ; Luigi Cherubini (1760-1842) : Chant pour la mort de Haydn ; Franz Schubert (1797-1828) : Messe en mi bémol majeur D950. Genia Kühmeier, soprano ; Elīna Garanča, mezzo-soprano ; Topi Lehtipuu & Herbert Lippert, ténors ; Luca Pisaroni, basse. Chœur de Radio-France (chef de chœur : Bruno Casoni), Orchestre National de France, direction : Riccardo Muti

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.