À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Trilogie Mozart-Da Ponte au Nederlandse Opera d’Amsterdam : comme la télé !!

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart : Trilogie sur des livrets de Lorenzo Da Ponte : Cosí fan Tutte, Don Giovanni, Le Nozze di Figaro. Mise en scène : Jossi Wieler et Sergio Morabito ; Décors : Barbara Ehnes ; Costumes : Anja Rabes ; David Finn, lumières. Avec : Sally Matthews, Fiordiligi ; Maite Beaumont, Dorabella et Cherubino ; Luca Pisaroni, Guglielmo et Figaro ; Norman Shankle, Ferrando et Don Curzio ; Danielle de Niese, Despina et Susanna ; Garry Magee, Don Alfonso et le comte Almaviva ; Cellia Costea, comtesse Almaviva ; Charlotte Margiono, Marcellina et Donna Elvira ; Mario Luperi, Bartolo et Commendatore ; Marcel Reijans, Don Basilio ; Floor van der Sluis, Barbarina ; Roberto Accurso, Antonio ; Pietro Spagnoli, Don Giovanni ; Myrtò Papatanasiu, Donna Anna ; José Fardilha, Leporello ; Cora Burggraaf, Zerlina. Chœur du Nederlandse Opera d’Amsterdam ; Orchestre de chambre des Pays-Bas, direction : Ingo Metzmacher. Réalisation : Misjel Vermeiren. 1 coffret de 4 DVD Opus Arte. Référence : 0A 30208 D. Code barre : 8 09478 03020 1. Enregistré en décembre 2006 à Amsterdam. Sous titres : anglais et néerlandais. Format image : 16/9 Anamorphic. Format son : Dolby Digital. DVD : toutes zones. Durée : 694 minutes. Bonus : synopsis illustré, galeries de photos et introduction sous forme de documentaire pour chaque opéra.

 

En décembre 2006, le Nederlandse Opera d’Amsterdam fêtait Mozart en montant sa trilogie sur des livrets de Da Ponte. Rien d’original, sauf que les trois opus étaient présentés sur une courte période avec des metteurs en scène uniques et un casting de jeunes chanteurs qui se présentaient dans les différents rôles. Mais l’intérêt principal résidait dans une diffusion en direct à la télévision et dans des cinémas néerlandais et belges d’expression néerlandaise avec à l’entracte, rencontre avec des chanteurs. Une grande attention avait été portée à la captation et cette trilogie se regarde un peu comme une série TV. On évite les poncifs de l’opéra filmé pour se retrouver dans une action resserrée et intense. La scénographie de Don Giovanni et des Nozze di Figaro sort renforcée de cette réalisation dynamique. On sera plus réservé sur Cosí, mais la mise en scène atteint un tel vide que même le plus talentueux des réalisateurs peinerait à transformer ce nanar en chef-d’œuvre. Ce coffret vendu à prix d’ami, offre, en outre, les intéressants documentaires introductifs réalisés pour les besoins de la TV. Techniquement, on se trouve donc devant un objet qui mérite le respect, mais notre bonheur est gâché par des sous-titres exclusivement en néerlandais et en anglais. Opus Arte étant un label international de haute réputation et le commentateur est sidéré par une telle erreur qui prive cet ensemble d’un important marché potentiel !

Une autre curieuse idée de l’opéra batave fut de confier la mise en scène au duo suisse et . Ces disciples de Marthaler ont à leur palmarès deux échecs retentissants : Alceste de Gluck à Stuttgart (2006) et Lucio Silla à Amsterdam (2004). En bons disciples du génial mais inégal Marthaler, nos deux hommes passent les partitions à la moulinette : les récitatifs de Cosí sont joués à la guitare et ceux des Noces de Figaro, pilotés du synthétiseur par en personne. Sur le fond, l’action de Don Giovanni est sise dans un piteux magasin de lits de seconde main ; celle de Cosí dans une auberge de jeunesse et les évènements des Noces de Figaro se passent dans une usine de voitures. La teinte globale est encore tirée de l’univers de Marthaler avec des allusions aux années 1960-1970. Le résultat oscille entre le très intéressant : les Noces et le désastreux : Cosí.

Et cela commence donc très mal avec un Cosí fan Tutte déplorable en tous points. La direction d’acteur est inexistante et se limite à quelques tics comme Dorabella qui casse tout dans la cuisine quand son amoureux s’en va ou Don Alfonso qui fait jouer la marche de départ des deux garçons par un vieux lecteur de disques noirs. Dans ce désastre scénique, enclenche le pilote automatique et livre une lecture sèche et impersonnelle. Les pauvres chanteurs peinent aussi à s’investir à l’image d’un en service minimum.

Don Giovanni vire au cauchemar domestique et au complot de famille. Le séducteur a rarement semblé aussi peu attrayant, son valet tient plus du concierge aviné que du serviteur d’un noble et Donna Anna tient le coup en se gavant d’anti-dépresseurs. Le plus déroutant réside dans une action statufiée dans une brocante de lits. En salle cela devait être insupportable, mais à l’écran, la multiplication des plans transfigure l’action. Musicalement, on s’élève un peu, grâce à la Donna Anna souveraine de la belle  ; mais le reste de la distribution est convenable sans plus avec une mention juste passable pour les messieurs. Ingo Metzmacher est un peu trop brutal, mais sa direction tient ferment la partition.

Le meilleur reste à venir avec des Noces de Figaro assez inattendues mais pertinentes. Almaviva est le propriétaire d’une marque de voitures de luxe dont le clinquant show-room sert de décor unique. Figaro est son adjoint, alors que la comtesse semble être la conceptrice des véhicules, Cherubino devenant un apprenti mécanicien. La direction d’acteur est bien troussée et elle sert la progression dramatique. Côté chant, on est gâté avec un comme on l’aime : timbre rayonnant et musicalité exceptionnelle ; une piquante et une , irrésistible en Cherubino. Dans la fosse, le chef installe un beau climat mozartien qui manque tout de même un chouia de flamme et de radicalité. L’orchestre est appliqué, à défaut d’affirmer une personnalité.

En conclusion, on tient là, un ensemble assez secondaire qui intéressera les collectionneurs de ces œuvres. Mais pour qui veut faire découvrir l’opéra aux jeunes générations et à condition de faire l’impasse sur l’insuffisance des sous-titres, ce coffret pourra remplir une certaine mission pédagogique !

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart : Trilogie sur des livrets de Lorenzo Da Ponte : Cosí fan Tutte, Don Giovanni, Le Nozze di Figaro. Mise en scène : Jossi Wieler et Sergio Morabito ; Décors : Barbara Ehnes ; Costumes : Anja Rabes ; David Finn, lumières. Avec : Sally Matthews, Fiordiligi ; Maite Beaumont, Dorabella et Cherubino ; Luca Pisaroni, Guglielmo et Figaro ; Norman Shankle, Ferrando et Don Curzio ; Danielle de Niese, Despina et Susanna ; Garry Magee, Don Alfonso et le comte Almaviva ; Cellia Costea, comtesse Almaviva ; Charlotte Margiono, Marcellina et Donna Elvira ; Mario Luperi, Bartolo et Commendatore ; Marcel Reijans, Don Basilio ; Floor van der Sluis, Barbarina ; Roberto Accurso, Antonio ; Pietro Spagnoli, Don Giovanni ; Myrtò Papatanasiu, Donna Anna ; José Fardilha, Leporello ; Cora Burggraaf, Zerlina. Chœur du Nederlandse Opera d’Amsterdam ; Orchestre de chambre des Pays-Bas, direction : Ingo Metzmacher. Réalisation : Misjel Vermeiren. 1 coffret de 4 DVD Opus Arte. Référence : 0A 30208 D. Code barre : 8 09478 03020 1. Enregistré en décembre 2006 à Amsterdam. Sous titres : anglais et néerlandais. Format image : 16/9 Anamorphic. Format son : Dolby Digital. DVD : toutes zones. Durée : 694 minutes. Bonus : synopsis illustré, galeries de photos et introduction sous forme de documentaire pour chaque opéra.

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.