Mot-clef : Ingo Metzmacher

JAKOB LENZ, Wolfgang Rihm, Direction musicale Ingo Metzmacher, Mise en scene  Andrea Breth, Scenographie Martin Zehetgruber, Costumes Eva Dessecker, Lumiere Alexander Koppelmann, Dramaturgie Sergio Morabito, Orchestre Ensemble Modern, generale piano au Grand Theatre de Provence le 24 juin 2019.nAvec : Georg Nigl (Lenz), Wolfgang Bankl (Oberlin), John Daszak (Kaufmann)n(photo by Patrick Berger/ArtComPress)

La puissance de la folie de Jakob Lenz au Festival d’Aix

Au Festival d’Aix-en Provence, la première édition programmée par Pierre Audi fait venir sur le sol français la production de Jakob Lenz, créée à Stuttgart en 2014, reprise à Bruxelles en 2015, puis à Berlin en 2017. Le succès de ces dernières années de l’opéra de chambre Jakob Lenz de Wolfgang Rihm contredit tous ceux qui imaginent qu’une réussite « populaire » se fonde sur des ouvrages lyriques faciles d’accès autant à travers ...
Lady Macbeth de Mzensk

Implacable Lady Macbeth de Mzensk à Bastille

Lady Macbeth de Mzensk, opéra créé en 1934 par Dimitri Chostakovitch, a toujours été très gâté à l’Opéra de Paris. Après l’esthétisme d’André Engel en 1992 et la noirceur de Martin Kušej en 2009 ,c’est au tour de Krzysztof Warlikowski de proposer sa vision de cette œuvre sulfureuse qui a fait sombrer Chostakovitch dans l’inquiétude de la disgrâce stalinienne. Sans concession, le travail du metteur en scène polonais laisse le ...
Wozzeck Hamburg Nigl

Après Lulu, Kent Nagano dirige Wozzeck à Hambourg

La production du Wozzeck de Berg par Peter Konwitschny a bientôt vingt ans et son expressionnisme à l’allemande inspiré du début du XXe ne fascine plus autant, mais elle n’en reste pas moins efficace dans le propos. La direction de Kent Nagano trouve comme avec Lulu récemment le ton juste pour agencer les séries, sans pour autant perdre la forme globale, en plus d’accompagner une distribution correcte dont ressort le ...
Schreker LM0A1286

Les Stigmatisés de Schreker à Munich : Warlikowski n’y peut rien

Œuvre hors normes éminemment problématique, Les Stigmatisés peuvent-ils être sauvés par la scène ? Près de trois heures de musique, une petite trentaine de solistes, chœur et orchestre pléthoriques : Les Stigmatisés de Schreker ne font pas dans la demi-mesure – et ce qui est vrai pour la musique l’est d’autant plus pour le livret, écrit par le compositeur sans souci de concision, ni même d’intelligibilité. Créé en 1918 mais à bien ...
ingo_metzmacher_credit_harald_hoffmann_intermusica

Prometeo de Luigi Nono dans l’espace de la Philharmonie

L'événement est exceptionnel et marque d'une pierre blanche la saison de la Philharmonie de Paris. C'est la troisième fois, depuis sa création à Venise en 1984, que Prometeo de Luigi Nono est donné à Paris. L'œuvre exige un déploiement considérable de forces engageant l'orchestre, le chœur et les solistes, tous dispersés dans l'espace somptueux conçu par Jean Nouvel, qui s'avère être l'écrin idéal pour une telle « représentation ».   Prometeo est la ...
or4

Un Nouveau Monde pour l’Or du Rhin à Genève

Assister à une représentation de L’Or du Rhin alors que l’on a déjà vu les trois autres journées de la Tétralogie, est une expérience troublante et pas si politiquement incorrecte qu’on pourrait l’imaginer. Un peu comme quand on fait la connaissance de quelqu’un et qu’ensuite seulement on découvre son passé. En Musique, la 9ème de Beethoven d’abord, la Première ensuite. Dans le cas Wagner, il peut arriver de commencer par ...
GTG ring0414

Le beau Ring-Théâtre de Dieter Dorn à Genève

Contrairement à bon nombre de spectateurs genevois ayant fui sous la pluie au deuxième entracte (!), on ne manquerait pour rien au monde le dernier acte du Crépuscule des dieux ! En plus d’être la spectaculaire conclusion du Ring, ce projet fou de Richard Wagner, qui prétend raconter l’histoire de l’Humanité en 15 heures de musique avec 36 chanteurs et un chœur qui n’interviendra que 15 minutes, ce dernier acte ...
siegfried geneve2014

The Ring in Geneva : a crescendo in aesthetics

With its perfect narration of the legend, the depth of its direction, and an aesthetic sometimes deliberately distressed by a Brechtian desire to expose the seams, the beautiful Die Walküre imagined by Dieter Dorn for the Grand Théâtre de Genève last November was captivating from beginning to end and created a certain eagerness for its sequel. That eagerness was fully satisfied throughout the wonderful Siegfried staged by the German director ...
ingo-metzmacher2

L’orchestre de Paris à l’américaine

Si les saisons symphoniques parisiennes sont très souvent trop traditionnelles, il est louable de rencontrer, de temps à autre, des programmes qui sortent (enfin) des sentiers battus. Quittant les horizons scandinaves et postromantiques de ses soirées d’abonnements, l’Orchestre de Paris mettait le cap sur les USA avec un programme à la fois populaire avec Gershwin et Bernstein et très moderniste avec Antheil et Ives. Désormais invité régulier de l’Orchestre de ...
siegfried geneve2014

Crescendo esthétique du Ring de Genève

En novembre dernier, une très belle Walkyrie imaginée par Dieter Dorn, pour le Grand Théâtre de Genève, impeccable dans sa narration de la légende, très fouillée dans sa direction d’acteur, à l’esthétisme parfois gêné aux entournures dans sa volonté brechtienne de montrer les coutures, avait captivé de bout en bout et fait légitimement naître une impatience. Impatience comblée tout au long du superbe Siegfried conté par le metteur en scène ...
walkyrie grand theatre geneve

Le nouveau Ring de Genève : le suspense reste entier

Mars 2013 : Le Grand Théâtre de Genève initie une nouvelle production de la Tétralogie de Wagner confiée à l’Allemand Dieter Dorn. Jacques Schmitt a déjà loué dans nos pages un Prologue passionnant mais inégal. Mais combien d’Or du Rhin prometteurs ont été suivis de Walkyries effondrées ! Automne  2013 : Première journée décisive de la Tétralogie. Un sentiment équivalent à celui de notre confrère nous habite à l’issue d’une Walküre d’assez haut vol, ...
Rheingold geneve

A Genève, un Or du Rhin éclairé

La majorité des grandes maisons lyriques profite de l’occasion offerte par ce qu’on a appelé « l’année Wagner » pour redorer leur blason en présentant l’œuvre majeure du citoyen de Weimar : L’Anneau des Nibelungen. La réputation de Genève ne pouvait pas être en reste. Et tant pis si l’originalité de la démarche n’est pas des plus audacieuses. Au risque de recevoir les blâmes, voir les condamnations des « wagnerophiles ...
macbeth.014w

A Genève, le Chœur sauve Macbeth et sa Lady

Devant le rideau fermé, occupant toute l’ouverture de scène, le Chœur du Grand Théâtre de Genève chante « Patria oppressa ! » Vêtu de costumes noirs, personnages blafards, la mine triste, son chant s’élève avec une solennité, une intensité dramatique, un ressenti d’authenticité qui donne le frisson. Alors, Macduff comme pour les remercier d’avoir si bien compris la tristesse du moment, entame un sensible « O figli, o figli miei ...
Manoury_908017_11-f2

ManiFeste avec Echo-Daimónon de Philippe Manoury

Somptueuse soirée d'orchestre à Pleyel pour le coup d'envoi de ManiFeste-2012. Né de la fusion d'Agora et du Centre Acanthes, ce nouveau rendez-vous de la création, festival international et académie pluridisciplinaire initiés par l'Ircam, affiche, du 1er juin au 1er juillet, concerts, spectacles multi-média, colloques, rencontres, conférences et master-class, autant de manifestations qui questionnent le temps, "de l'interprétation des temps au temps de l'interprète, dans une multiplicité d'esthétiques dissemblables" précise ...
Ingo Metzmacher © Monika Rittershaus

A Berlin, Al gran sole carico d’amore de Nono transcendé par la production de Katie Mitchell

Pour accueillir l'étonnante production d'une des œuvres culte de Nono, Al gran sole carico d'amore, l'Opéra de Berlin délaissait le Théâtre Schiller - lieu de repli durant les travaux du Staatsoper Unter den Linden - pour investir l'ancienne centrale électrique Kraftwertk Mitte, spécialement aménagée pour l'événement : l'espace immense est à la mesure du dispositif envisagé par Nono pour son action scénique dédiée à Claudio Abbado et Maurizio Pollini et ...
Le débauché de Warlikowski

The Rake’s Progress à Berlin, le débauché de Warlikowski

Le seul opéra long de Stravinsky avait perturbé le public de la Biennale de Venise en 1951, et on ne peut pas dire que, malgré les nouvelles productions qui se sont succédé depuis, il ait acquis une grande popularité depuis, comme le montre le remplissage médiocre de la deuxième représentation de cette nouvelle production berlinoise. Pourtant, ce chef-d’œuvre d’ambiguïté ne pouvait trouver meilleur écrin que l’art kaléidoscopique de Krzysztof Warlikowski, ...
Un opéra dionysiaque

Un opéra dionysiaque de Wolfgang Rihm

L’édition 2010 du Festival de Salzbourg célèbre Rihm à travers un « continent » de dix concerts qui gravitent autour d’une création fort attendue : cette « fantaisie-opéra » constitue l’aboutissement d’un projet que le compositeur mature depuis les années 1990 d’après les Dithyrambes pour Dionysos – le recueil poétique et fragmentaire de Nietzsche que son monodrame Aria-Ariadne avait déjà abordé en 2001. Entre le dieu de l’ivresse, de la transe, du théâtre, et Ariane, ...
Pas toujours gagnant !

Pas toujours gagnant !

Deutsches Symphonie-Orchester Berlin Après Paris et entre des étapes en Pologne et en Autriche, la tournée européenne de l’orchestre allemand de Berlin passait par le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Le long (à cause des tempi !) Concerto pour violon de Beethoven joué en ouverture de programme posait question. L’auditeur était tout d’abord frappé par l’ampleur de la masse orchestrale convoquée : quatorze premiers violons, douze seconds violons, dix altos, huit violoncelles et six ...
Solidité allemande

Ingo Metzmacher, solidité allemande

Deutsches Symphonie-Orchester Berlin Le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin n’est autre que l’héritier du fameux RIAS Berlin créé en 1946 dans le Berlin ouest post seconde guerre mondiale et dirigé dans ses premières années par Ferenc Fricsay. Il deviendra en 1956, Radio-Symphonie-Orchester Berlin (alias RSO de Berlin ouest), créant une confusion des noms avec le Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin (autre RSO !), né dès 1923, mais qui fut est-berlinois du temps du terrible mur. Ce n’est ...
I am the enemy you killed, my friend

I am the enemy you killed, my friend

Dans le War Requiem, la difficulté pour le chef est peut-être moins d’agencer les imposantes forces rassemblées sous sa conduite que d’obtenir de tous la sincérité, la ferveur et la fraternité dont le compositeur a nourri son œuvre. Ingo Metzmacher fait preuve d’une autorité souveraine qui lui permet de rattraper quelques moments périlleux et d’équilibrer les masses sonores. La lecture, menée dans des tempos plutôt vifs, est d’une admirable cohérence ...
D’une éblouissante qualité musicale

Festival de Salzbourg 2009, d’une éblouissante qualité musicale

Le festival, construit comme une œuvre d’art, non seulement enchante mais fait penser et apprend à écouter. Salzbourg 2009, c’est le triomphe de l’intelligence au service de la beauté dans le plus grand respect du public. Pourquoi ? Parce que la manifestation la plus prisée d’Europe refuse de se considérer comme un phénomène de consommation parmi d’autres, ainsi que le précise d’entrée de jeu Helfi Schweiger. Il ne s’agit pas d’attirer le ...
paris_dso_metzmacher2009

Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, de l’aube claire jusqu’à la fin du jour

Après les visites de la Staatskapelle de Berlin et du Rundfunk Sinfonieorchester, la prestation du Deutsches Symphonie-Orchester, mené par son chef titulaire, confirme l’excellence des « autres » formations berlinoises. Dans La mer, qui ouvrait ce consistant programme, une aube délicate et blême déployait son éventail. Par la suite, des ralentissements semblaient parfois étirer le fil de la partition, sans toutefois le rompre, et mettaient en relief la justesse des dosages et ...
En mode rapproché

Rod Gilfry, interprète majeur de Saint François d’Assise

Opus Arte édite en DVD, l’unique production scénique de Saint François d’Assise, dans le cadre du Centenaire Messiaen de 2008. C’est donc tout l’intérêt de cette captation filmée lors des représentations amstellodamoises de la pièce. Le parti-pris du metteur en scène (de placer l’immense orchestre à l’arrière de la scène) permet de donner un cachet intimiste à cet opéra du mysticisme et de la démesure. La camera peut donc se concentrer ...
L’ascension de la montagne sacrée

L’ascension de la montagne sacrée

Messiaen 2008 Dans le cadre de cette année centenaire Messiaen 2008, son unique opus lyrique ne connaît qu’une seule réalisation scénique ! Il faut dire que la difficulté du rôle titre et les imposantes masses chorales et instrumentales à réunir réservent cette gigantesque partition aux scènes lyriques de premier plan. Le Holland Festival et le DNO d’Amsterdam ont uni leurs forces pour rendre possible cette production. Longue de plus de quatre heures, ...
Comme la télé !!

Trilogie Mozart-Da Ponte au Nederlandse Opera d’Amsterdam : comme la télé !!

En décembre 2006, le Nederlandse Opera d’Amsterdam fêtait Mozart en montant sa trilogie sur des livrets de Da Ponte. Rien d’original, sauf que les trois opus étaient présentés sur une courte période avec des metteurs en scène uniques et un casting de jeunes chanteurs qui se présentaient dans les différents rôles. Mais l’intérêt principal résidait dans une diffusion en direct à la télévision et dans des cinémas néerlandais et belges ...
De haute envergure !

De haute envergure !

Tristan et Isolde Musicalement, la matinée bénéficiait de la direction d’un Ingo Metzmacher miraculeux de respiration et de fluidité. Son travail sait se fondre avec limpidité dans le drame wagnérien et ce chef s’avère capable des moindres nuances pour accompagner ses chanteurs. Ainsi, des pianissimi infinitésimaux permettent au couple d’amants de ne jamais devoir forcer la voix et le duo d’amour de l’acte II ou l’agonie de Tristan à l’acte III ...
Wagner, le cauchemar de la cave au grenier

Wagner, le cauchemar de la cave au grenier

L'Or du Rhin Seconde ville d’Allemagne par sa population, Hambourg est un foyer musical majeur. Outre son opéra et sa salle de concert (la Laeiszhalle), l’intérêt de la ville pour la culture se manifeste à travers le grandiose projet de la philharmonie de l’Elbe en cours de construction sur des plans des architectes suisses Herzog et De Meuron. Cette salle sera le signal d’entrée du nouveau quartier de Hafencity qui vise ...
Le professeur Metzmacher

Le professeur Metzmacher

Deutsches Symphonie-Orchester Berlin La présence d’Hélène Grimaud assurait à ce concert une audience des grands soirs, dès lors, le DSO Berlin pouvait se permettre d’introduire ce concert avec une rareté : l’Orchestral Set n°2 de Charles Ives. Agencement de morceaux composites, cette partition est du meilleur Ives avec des polytonalités, ces bruits de fanfares, ce solo final d’accordéon. Le conclusif : From Hanover Square North, at the End of a Tragic Day, The Voice ...
L’impossible Daphné ?

L’impossible Daphné ?

Le Nederlandse Opera d’Amsterdam monte, en cette fin d’année lyrique, la rare Daphné de Richard Strauss. Pour cette production, l’opéra néerlandais a importé un spectacle de l’opéra de Essen scénographié par le très contesté Peter Konwitschny, un vieux complice d’Ingo Metzmacher l’actuel directeur de la maison batave. Pour apprécier le travail de mise en scène, il faut tenir compte d’un livret plutôt bancal et banal et un cadre antique naïf impossible ...
Le retour intimiste

Les Talens Lyriques – Christophe Rousset, le retour intimiste

Curieuse Cité de la Musique, ou plutôt curieux public. Alors que la salle peinait à se remplir pour des concerts tout autant prestigieux (Orchestra of the Age of Enlightenment et Franz Brüggen dans les dernières symphonies de Haydn, Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam et Ingo Metzmacher dans un programme post-romantique), la venue d’Hilary Summers, si rare en France, et des Talents Lyriques dans un opéra de près de quatre heures en ...