Plus de détails

Royaumont, abbaye. 13-IX-2008. Créations mondiales de la session de composition dirigée par Brian Ferneyhough, Xavier Dayer et Jérôme Combier. Œuvres de Birke J. Bertelsmeier (née en 1981), Andile Khumalo (né en 1978), Benjamin Sabey (né en 1975), Sanae Ishida (née en 1979), Evan Gardner (né en 1978), Andrea Sarto (né en 1979), Rubens Sverre Gjertsen (né en 1977), Hyun Hwa Cho (née en 1977), Ludovic Thirvaudey (né en 1980), Samy Moussa (né en 1984), Isamu Kanai (né en 1975), Fabrizio Rat Ferrero (né en 1983), Daniel Zea Gòmez (né en 1976), Olav Nervik (né en 1982) et Federico Gardella (né en 1979). Neue Vocalsolisten, Ensemble Vortex, direction : Guillaume Bourgogne.

Abbaye de Royaumont

Répartis en deux concerts sur tout un après-midi, ces créations de la session de composition 2008 de l’Abbaye de Royaumont suscitent l’interrogation : ces jeunes compositeurs, passés par les mêmes écoles, les mêmes stages, les mêmes cours (Acanthes / IRCAM / CNSM / Royaumont) ne finissent-ils pas par écrire tous un peu la même chose ? Le constat ce samedi 13 septembre est flagrant. Peu d’originalités, peu de personnalités fortes sont ressorties de cette succession de troubles obsessionnels de la composition. Indéfiniment sont ressassés les mêmes slaps à la clarinette basse, les jeux sans anche du hautbois, les mêmes sons aspirés des chanteurs… Le tout est extrêmement sérieux, sans la moindre ironie, sans le moindre recul, sans véritable expression propre. Certes, tous ces créateurs sont jeunes et se cherchent encore une esthétique, certes, les influences des aînés ( en tête) sont encore très prégnantes, mais d’un aspect général les volontés individuelles semblent avoir été combattues.

De cette grisaille ressortent tout de même quelques idées, quelques originalités. Citons tout d’abord Andile Khumalo (Afrique du sud) qui dans Ossia pour clarinette et violoncelle ose un parti pris mélodique qui ne tombe jamais dans la néo-tonalité. Il accomplit un travail très minutieux sur l’ornementation, avec de subtils effets de timbre aux deux instruments. Le reste de ce premier concert alterne l’académique contemporain doté d’un métier très sur et le navrant «new age» du aux deux compositeurs américains ( et ), auteur tous deux de pièces pour trio vocal a capella, succédanées d’.

Le second concert allait révéler un peu plus de personnalités. Avec Harmonie du soir, la coréenne ose «sortir ses tripes» avec une pièce très post-expressionniste. Certes, la fragmentation du texte est une idée neuve depuis cinquante ans, mais on ne peut demander de l’innovation à tout crin en matière de création. L’œuvre qui suivait, Madragore pour hautbois et piano du français aurait gagné en concision, mais prend son intérêt dans les échanges rythmiques entre les deux instruments, un peu à la manière de Ligeti. L’attention retombe dans les trois pièces suivantes, catalogue parfait du langage contemporain depuis 1945, avec parfois un figuralisme de mauvais aloi (dans Fragment sur l’Orestie de , Athéna chante et l’Erinye hurle…). Même le seul de ces compositeurs à avoir un parcours atypique (Fabrizio Rat Ferrero est aussi jazzman) n’échappe pas à cet académisme. Les deux dernières œuvres présentées voient enfin l’émergence d’une personnalité compositionnelle propre. Vortex II d’ se souvient des Espaces acoustiques de , avec sa tentation de passer de la note au son brut, de la musique au bruit blanc. Enfin L’incanto delle voce lontane de montre un compositeur sur de lui, qui connaît parfaitement les exigences et limites d’un ensemble vocal.

N’oublions pas les valeureux musiciens sans qui ces créations n’auraient pas été possibles, l’ensemble Vortex et les Neue Vocalsolisten, toujours à l’aise dans des partitions qui ne les ont jamais ménagés.

Crédit photographique : Joclyne Rudasigwa (de dos), contrebassiste de l’ensemble Vortex – DR

Plus de détails

Royaumont, abbaye. 13-IX-2008. Créations mondiales de la session de composition dirigée par Brian Ferneyhough, Xavier Dayer et Jérôme Combier. Œuvres de Birke J. Bertelsmeier (née en 1981), Andile Khumalo (né en 1978), Benjamin Sabey (né en 1975), Sanae Ishida (née en 1979), Evan Gardner (né en 1978), Andrea Sarto (né en 1979), Rubens Sverre Gjertsen (né en 1977), Hyun Hwa Cho (née en 1977), Ludovic Thirvaudey (né en 1980), Samy Moussa (né en 1984), Isamu Kanai (né en 1975), Fabrizio Rat Ferrero (né en 1983), Daniel Zea Gòmez (né en 1976), Olav Nervik (né en 1982) et Federico Gardella (né en 1979). Neue Vocalsolisten, Ensemble Vortex, direction : Guillaume Bourgogne.

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.