À emporter, Audio, Musique symphonique

Concertos de Beethoven par Zacharias / Armin Jordan

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : intégrale des concertos pour piano et orchestre. Christian Zacharias, piano ; Orchestre de la Suisse Romande, direction : Armin Jordan. 3 CD Cascavelle VEL 3118. Code barre : 7619930311815. Enregistré en public les 9 & 11 novembre 1994 au Victoria Hall, Genève. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Durée : 165’

 

On ne compte plus les dizaines d’enregistrements consacrés aux cinq irremplaçables et inégalés concertos pour piano de . Les innombrables couples pianiste-chef d’orchestre, associations naturelles ou opportunistes, ont alimenté pendant des décennies la joie des mélomanes régulièrement fascinés par ce corpus unique dans l’histoire de la musique du XIXe siècle. Doit-on pour autant bouder notre plaisir à l’audition de cette intégrale enregistrée en public, en 1994, par , l’ et le chef Armin Jordan, décédé il y a deux ans ? Aucunement ! Cette lecture spontanée, pleine d’entrain et de clarté, de gravité également, délimite et souligne dans le même mouvement interprétatif les contours de l’univers souvent poignant et tourmenté de Beethoven. A cet égard, le Concerto n°5 en mi bémol majeur op. 73 dit L’Empereur, reçoit une exécution fort réussie où la distinction le dispute à l’urgence, le sourire à la douleur, le destin inexorable aux joies de l’instant. L’Allegro initial, raffiné et dynamique amène naturellement au rêveur Adagio un poco mosso, un des sommets incontestés du catalogue beethovénien. Très réussi également, le Concerto n° 4 en sol majeur op. 58, personnel et plus intime (même si moins sentimental) que dans L’Empereur. L’association du soliste et de la masse orchestrale (moins imposante également que dans le même Cinquième) est faite tour à tour de fusion et d’indépendance, d’animation et de résignation. Ces deux concertos résultent magistralement et presque logiquement du novateur et enthousiaste Concerto n° 3 en ut mineur op. 37, parfaitement rendu dans cette prise de son en public. Le gap stylistique s’avère autrement plus profond et frappant avec les deux premiers concertos, lesquels s’affranchissent encore modestement de l’orbite mozartienne, sans peut-être faire beaucoup mieux. Une intégrale très équilibrée, limpide, parfois épurée, souvent savoureuse et en permanence remarquablement respectueuse de l’esprit et de la lettre de l’invention beethovénienne.

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : intégrale des concertos pour piano et orchestre. Christian Zacharias, piano ; Orchestre de la Suisse Romande, direction : Armin Jordan. 3 CD Cascavelle VEL 3118. Code barre : 7619930311815. Enregistré en public les 9 & 11 novembre 1994 au Victoria Hall, Genève. Notice trilingue (anglais, allemand, français). Durée : 165’

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.