Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Un futur plus radieux que le présent et moins que le passé

Plus de détails

Toulouse, Cathédrale Saint-Etienne. 03-X-2008. Giovanni Gabrieli (1555-1612) : Motets, airs et ensembles. Chanteurs et instrumentistes de l’Académie Baroque Européenne d’Ambronay ; Direction  : Jean Tubéry.

Festival Toulouse les Orgues 2008

Voilà une magistrale introduction aux splendeurs sonores dont étaient friands les Vénitiens du siècle d’or et que le monde entier leur enviait (H. Schütz entre autres fit le voyage). Il était très audacieux de proposer en concert d’ouverture d’un festival international, de si jeunes solistes débutants sur scène. Ce pari a été gagné haut la main et tout le monde peut se réjouir de la génération montante pleine de superbes promesses musicales. Bien pingre sera celui qui osera trouver la moindre défaillance à ces interprètes tous techniciens accomplis et musiciens enthousiastes. La grande variété des instruments et leur nombre, ont apporté des couleurs très variées à ces nombreuses pièces du Grand Gabrieli, petits ensembles et grands tutti alternant brillement ; deux orgues, deux harpes, théorbes, sacqueboutes, cornets à bouquin, cordes en nombre, bassons et flûtes avec parfois un double orchestre complet. Les voix sont jeunes et bien timbrées et tous les instrumentistes ont brillé à tour de rôle. La direction de Jean Tubery est généreuse, précise et souple à la fois. La grandeur du geste, son opulence était indispensable ce soir. En effet dans un mouvement continue entre les pièces, avec bien de la grâce les jeunes musiciens se sont divisés en groupes, parfois très éloignés pour rendre hommage à la polyphonie, grande spécialité de la basilique Saint Marc et de Gabrieli. On a pu compter jusqu’à neuf groupes à la fois ! Le plaisir du public a été immense dans cette spatialisation totale du son. Il est vrai que ces œuvres de Gabrieli font toutes grand effet même si l’inspiration n’est pas toujours sublime. À ce titre le petit extrait de la Missa in illo tempore de Monteverdi donné en bis (Sanctus) montre que le génie du Crémonais est vraiment inégalable et dépasse celui de son prédécesseur.

Voici donc un très agréable concert d’ouverture qui avait attiré dans cette église si triste et à l’acoustique si déplorable un public extraordinairement nombreux.

La jeunesse, la beauté et l’enthousiasme des musiciens sélectionnés par ont apporté beaucoup de bonheur au public conquis.

Crédit photographique : © Patrick Nin

Plus de détails

Toulouse, Cathédrale Saint-Etienne. 03-X-2008. Giovanni Gabrieli (1555-1612) : Motets, airs et ensembles. Chanteurs et instrumentistes de l’Académie Baroque Européenne d’Ambronay ; Direction  : Jean Tubéry.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.