À emporter, CD, Musique de chambre et récital

A la découverte de la mélodie tchèque avec Magdalena Kožená

Plus de détails

Mélodies et chansons traditionnelles de Antonín Dvořák (1841-1904), Petr Eben (1929-2007), Leoš Janáček (1854-1928), Bohuslav Martinů (1890-1959), Vítĕslav Novák (1870-1949), Jan Josef Rösler (1771-1813), Erwin Schulhoff (1894-1942). Avec : Magdalena Kožená, mezzo-soprano ; Dorothea Röschmann, soprano ; Michael Freimuth, guitare et Malcolm Martineau, piano. 1 CD Deutsche Grammophon 4776665. Code-barre : 028947 766650. Enregistré en mars 2007 aux Bavaria Musikstudios de Munich. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand et français) ; durée : 70’04’’.

 

Y a-t-il une école de chant tchèque ? On pourrait le croire, en écoutant le dernier récital de la mezzo-soprano . Entièrement consacré à des mélodies de son pays natal, ce CD permet de retrouver partiellement un répertoire autrefois mis à l’honneur par les lumineuses Lucia Popp et Gabriela Benackova-Cap, comme le montrent encore quelques beaux disques récitals hélas difficilement accessibles aujourd’hui. En dépit d’évidentes différences dans leur registre et dans leur typologie vocale – la première est mezzo, l’autre soprano lyrique léger et la dernière vire vers le soprano dramatique… –, on retrouvera chez ces trois chanteuses la même vibration extrêmement serrée, le même legato de rêve, les mêmes couleurs dorées, la même nostalgie qui égrène l’une après l’autre des pages pourtant tour à tour joyeuses et mélancoliques. L’uniformité dans l’expression est peut-être le seul trait légèrement négatif qui caractérise l’art de ces trois interprètes à la voix si dissemblable, mais dont l’art du chant paraît pourtant extrêmement comparable.

Le programme choisi par , qui fait côtoyer des pages extrêmement connues – dont le célèbre «Als die alte Mutter» de Dvořák, donné ici en tchèque – et des morceaux plus rarement entendus, est pourtant d’une grande originalité. On y découvre en effet des compositions de musiciens comme , trop tôt disparu dans les camps de l’Allemagne nazie, ou encore Vítĕslav Novák, pages qui figurent à côté de celles, plus connues, de Dvořák, Janáček ou Martinů. La monotonie qui pourrait se dégager de cet assez long CD de 70 minutes est fort heureusement rompue par l’apparition de la merveilleuse soprano , venue en renfort pour l’interprétation de deux des duos moraves de Dvořák, autrefois immortalisés par Elisabeth Schwarzkopf, Irmgard Seefried et Gerald Moore. De même, on appréciera les interventions du guitariste Michael Freimuth dans l’audition des chansons pour luth de . Le piano de , d’une grande variété rythmique et dynamique, est un pur enchantement d’un bout à l’autre de ce CD. Sans doute est-ce la prestation de cet artiste, davantage que la voix parfois monocorde de Magdalena Kožená, qui donne tout son prix à cet album au programme attachant et original, et que tout auditeur avide de nouveautés musicales ne tardera pas à vouloir découvrir.

Plus de détails

Mélodies et chansons traditionnelles de Antonín Dvořák (1841-1904), Petr Eben (1929-2007), Leoš Janáček (1854-1928), Bohuslav Martinů (1890-1959), Vítĕslav Novák (1870-1949), Jan Josef Rösler (1771-1813), Erwin Schulhoff (1894-1942). Avec : Magdalena Kožená, mezzo-soprano ; Dorothea Röschmann, soprano ; Michael Freimuth, guitare et Malcolm Martineau, piano. 1 CD Deutsche Grammophon 4776665. Code-barre : 028947 766650. Enregistré en mars 2007 aux Bavaria Musikstudios de Munich. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand et français) ; durée : 70’04’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.