Le théâtre est un Songe d’une nuit d’été…

La Scène, Spectacles divers

Marsannay, Maison de Marsannay, 14-IX-2008. D’après William Shakespeare (1564-1616)  : En attendant le Songe. Mise en scène : Irina Brook. Texte : d’après Shakespeare (non précisé). Traduction et assistante à la mise en scène : Marie-Paule Ramo. Décors : non précisé. Costumes et accessoires  : Sylvie Martin-Hyska. Maquillages : non précisé. Musique : non précisé. Régie, son et lumières : Thibaut Ducros. Régie plateau et rôle de Philostrate : Philippe Jasko. Avec : Vincent Berger. Jerry Di Giacomo. Cyril Guei. Gérald Papasian. Christian Pélissier. Augustin Ruhabura.

En attendant le songe

«J’ai fait un rêve merveilleux. J’ai rêvé qu’avec un petit groupe d’acteurs, nous pourrions monter Le Songe d’une nuit d’été. Un songe fait de bric et de broc : quelques accessoires empruntés ici et là, ma chemise de nuit rose et un parasol pour faire les filles, des fées improvisées avec des matériaux de cuisine. Et, miraculeusement, le songe est apparu… Un songe créé il a deux ans, pour être joué sous les étoiles de la banlieue parisienne, en pleine campagne, dans la cour d’une ferme abandonnée, dans le parc d’une petite mairie, dans une forêt. Et partout, quelque chose de magique…»

Voici comment retrace l’historique de ce spectacle fabuleux et enchanteur – on pourrait presque dire «enchanté» – proposé par l’ABC (association bourguignonne culturelle) à la maison de Marsannay vendredi soir. Créé dans le cadre du Festival Dedans-Dehors dans l’Essonne, En attendant le Songe tournait à guichet fermé.

Tout, dans ce spectacle, est fait à la fois pour divertir et pour enrichir le spectateur d’un point de vue culturel. Le point de départ est simple : six techniciens physiquement bien différents (petits, grands, gros, maigres, blancs, noirs…) remplacent les acteurs de la pièce Le Songe d’une nuit d’été, acteurs bloqués à Athènes. Ce sera avec les moyens du bord, et donc avec une économie de moyens et un maximum d’inventivité, d’imagination. Les acteurs – que des hommes, comme à l’époque de Shakespeare – incarnent plusieurs rôles, aussi bien humains qu’animaliers (âne et lion sont en effet suggérés). Le plus drôle reste sans doute les scènes d’amour suggérées présentées dans ce cadre. De même, les costumes sont parfois étonnement déconcertants : ainsi voit-on des fées vêtues de sacs poubelles !

A partir du texte de Shakespeare librement adapté et largement modernisé, propose un spectacle vraiment savoureux, utilisant tout l’espace scénique disponible : les «artisans d’Athènes» arrivent en effet par la porte d’entrée, comme les spectateurs. La Fée «Roce» court, virevoltant dans les allées pour retrouver une proie à qui elle va jeter un sort, etc. Les costumes et accessoires choisis de apportent une gaîté et des couleurs attrayantes bien soutenues par un éclairage adapté. La musique, du simple métallophone joué sur scène à la partie instrumentale rythmée enregistrée sortant d’un appareil radiophonique, accentue les caractères et contribue également à la réussite de la soirée : car nos acteurs chantent également et dansent parfois de manière ludique et amusante. Il est vrai que l’on rit beaucoup beaucoup beaucoup à ce spectacle ! Le seul regret est qu’il s’arrête. On aimerait que cela continue.

Notons également qu’une rencontre avec l’équipe a eu lieu après la représentation, ce que le public, nombreux et conquis, a beaucoup apprécié. Merci donc à Irina Brook et son équipe pour cette délicieuse soirée…

Crédit photographique : © DR

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.