La Scène, Opéra, Opéras

Fidelio à Garnier, la lumière sans la flamme

Plus de détails

Paris. Opéra Garnier. Le 11-XII. Beethoven (1770-1827) : Fidelio, opéra en 2 actes sur un livret de Joseph von sonnleithner. Mise en scène : Johan Simons. Décors et lumière : Jan Versweyveld. costumes : Greta Goiris. Avec : Paul Gay, Don Fernando ; Alan Held, Don Pizzaro ; Jonas Kaufmann, Florestan ; Angela Denoke, Leonore ; Franz-Josef Selig, Rocco ; Julia Kleiter, Maezelline ; Ales Briscein, Jaquino ; Jason Bridges, Erster Gefangener ; Ugo Rabec, Zweiter Gefangener ; chœur et orchestre de l’opéra de Paris, direction : Sylvain Cambreling

Voilà un opéra auquel on ne donnera pas son âge ! Qui croirait que Fidelio remonte à une époque déjà vieille de deux siècles, lors même que ni son argument ni sa musique n’ont perdu la moindre étincelle de leur brûlante actualité ? À ce défi dramatique d’une si rare qualité, le public était en droit d’attendre une réponse scénique mariant l’exigence à la finesse, la pertinence à l’originalité.

Du plateau du premier acte, on ne dira aucun mal, sinon que la richesse esthétique y semble délibérément sacrifiée à l’efficacité théâtrale. En revanche, dans le second tableau, l’efficacité, très supérieur s’accompagne d’une plus grande recherche, l’espace particulier ouvert par le grand escalier descendant des combles autorise un ensemble raffiné de jeux de lumière.

La distribution, très correcte, a répondu de façon satisfaisante aux difficultés multiples de la grande partition beethovénienne, à la seule exception d’ (Fidelio/Léonore) dont la prestation a provoqué une déception totalement inattendue. Déception d’autant plus cruelle que cette artiste délicieusement androgyne campe à merveille la silhouette de l’héroïne travestie. Mais c’est la voix qui ne suivait pas, signe probable d’une bien petite forme dont on doit espérer qu’elle relevait de l’accident ; constamment trop basse, faisant passer en force toutes les vocalises, l’interprète ne s’est pas montrée, ce soir-là, digne du prestigieux rôle-titre qui lui était assigné.

Jonas Kauffman s’est montré en revanche particulièrement convaincant en Florestan, du fait de sa magnifique présence scénique autant que de son admirable ligne vocale. Tout aussi convaincant, voire parfait dans sa partie, Franz Josef Selig, a dressé le portrait d’un Rocco, d’une justesse exemplaire, en dépit de quelques initiatives frôlant l’excès. Restent à saluer la solidité d’ dans le rôle de Don Pizarro, la convaincante humanité de en Don Fernando et la sympathique fraîcheur de en Marzelline. C’est à la réunion de ces beaux talents qu’ont été dus les moments les plus réussis de cette belle représentation, notamment le quatuor du premier acte.

Un mot sur le chef, , qui ne brille pas par la précision, mais sait faire surgir de son orchestre un riche panel de couleurs et de timbres variés. Enfin, s’ils sont plutôt réussis, les nouveaux dialogues de l’écrivain allemand Martin Mosebach n’apportent vraiment rien d’essentiel à l’œuvre et alourdissent même de façon dommageable tout le premier acte.

Impression globale mitigée, donc : la réussite est au rendez-vous, certes, mais sans aucun de ces ingrédients qui frappent un spectacle du sceau de l’exceptionnel.

Crédit photographique © Opéra Garnier

Plus de détails

Paris. Opéra Garnier. Le 11-XII. Beethoven (1770-1827) : Fidelio, opéra en 2 actes sur un livret de Joseph von sonnleithner. Mise en scène : Johan Simons. Décors et lumière : Jan Versweyveld. costumes : Greta Goiris. Avec : Paul Gay, Don Fernando ; Alan Held, Don Pizzaro ; Jonas Kaufmann, Florestan ; Angela Denoke, Leonore ; Franz-Josef Selig, Rocco ; Julia Kleiter, Maezelline ; Ales Briscein, Jaquino ; Jason Bridges, Erster Gefangener ; Ugo Rabec, Zweiter Gefangener ; chœur et orchestre de l’opéra de Paris, direction : Sylvain Cambreling

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.