Plus de détails

Sophie Laloy : Je te mangerais. Avec Isild le Besco et Judith Davis. Œuvres de Robert Schuman, Maurice Ravel, Jean Sébastien Bach, Modest Moussorgski, Frédéric Chopin, Claude Debussy, Francis Poulenc, Johannes Brahms, Franz Schubert, Wolfgang Amadeus Mozart, André Caplet. Durée : 1h36. Sortie le 11 mars 2009

 

ICE 3 / Little Stone Distribution

«Marie quitte sa famille pour aller vivre à Lyon et y étudier le piano au conservatoire. Pour des raisons économiques, elle partage l’appartement d’Emma, une amie d’enfance, qui y vit seule depuis la mort de son père et la désertion de sa mère. Marie se soumet aux règles de vie imposées par sa colocataire, toujours plus oppressante. Emma la fascine, la domine, la bouleverse, Marie se débat entre son désir pour elle et son envie de lui échapper, puisant sa force dans l’amour pour la piano.» (Synopsis officiel – Dossier de presse)

Je te mangerais est le premier film de Sophie Laloy, une ancienne élève de la FEMI devenue ingénieur du son (Paris je t’aime). Ce sont les sensations qu’elle a vécue lors de sa première année d’étude au conservatoire de Lyon alors qu’elle vivait en colocation avec une amie d’enfance, qu’elle a tenté de raconter dans cette œuvre où s’exprime de manière assez radicale les sentiments de femmes dans la fleur de l’âge. Isild le Besco incarne une jeune étudiante en médecine énigmatique que son amour pour Marie épuise psychologiquement jusqu’à l’irréparable. La séduisante Judith Davis incarne quant à elle la fille un peu naïve, qui d’abord attirée par la beauté étrange de son amie d’enfance, tente de se libérer de son emprise en se jetant dans les bras de Samy, un autre pianiste.

La musique tient une place particulière dans Je te mangerais, ce qui n’est pas étonnant compte tenu du parcours de la réalisatrice.

, que la protagoniste principale admire plus que tout, fait ainsi plusieurs apparitions dans le film. Elle interprète également les pièces pour piano que la réalisatrice utilise pour illustrer les images (le CD est édité par Naïve).

En outre, le film montre comment peuvent se télescoper musique et découverte de la chair. Une scène intime – et forte – tente de le montrer : alors qu’elle amorce timidement quelque notes de la Pavane pour une Infante Défunte, la jeune et insouciante Marie commence à s’adonner à des plaisirs onanistes avant d’être interrompue brutalement par sa colocataire. La musique provoque-t-elle ce désir ou Marie désire-t-elle accompagner musicalement la soudaine excitation que les courbes de sa colocataire a suscité chez elle ? Tente-t-elle de se déculpabiliser en jouant en même temps de la musique, ou cherche-t-elle à renforcer ce désir ? De manière plus pragmatique, pendant tout le film, on peut remarquer de quelle manière le sentiment amoureux parasite et amplifie tour à tour le travail d’interprétation.

A en croire ce qu’affirme Sophie Laloy dans le dossier de presse, la musique utilisée semble l’être en contrepoint de l’image. La réalisatrice dit en effet utiliser la Pavane pour une Infante Défunte de Ravel pour des moments de joie et deux extraits – en mode mineur mais relativement joyeux – du Carnaval de Schumann, Chiarina et Chopin pour illustrer des moments plus sombres. Une façon intéressante de souligner musicalement les ambiguïtés d’héroïnes que l’on ne pourra jamais juger de manière manichéenne, tant leurs sentiments sont troubles et partagés.

Plus de détails

Sophie Laloy : Je te mangerais. Avec Isild le Besco et Judith Davis. Œuvres de Robert Schuman, Maurice Ravel, Jean Sébastien Bach, Modest Moussorgski, Frédéric Chopin, Claude Debussy, Francis Poulenc, Johannes Brahms, Franz Schubert, Wolfgang Amadeus Mozart, André Caplet. Durée : 1h36. Sortie le 11 mars 2009

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.