Concerts, La Scène, Musique d'ensemble

Astor Piazzolla baroque contemporain ? Absolument !

Plus de détails

Toulouse. Auditorium Saint Pierre des Cuisines. 26-II-2009 ; Astor Piazzolla (1921-1992) ; Oblivion ; Canyengue ; Coral ; Les quatre saisons ; Tango ballet. Carmen Martinez, piano ; Orchestre de chambre de Toulouse ; direction : Gilles Colliard.

L’excellence de l’ semble sans limites. Explorant toutes les musiques avec le même bonheur, invitant les artistes les plus divers, proposant les compositeurs du monde entier, la rencontre avec était attendue : la série de concerts a affiché complet. Le concept de baroque contemporain de l’ensemble de cordes toulousain n’a jamais semblé aussi adapté et pertinent.

La rigueur exigée par les compositions savantes de Piazzolla réclame des interprètes irréprochables de sonorité comme de rythme. La délicatesse du toucher, la subtilité des nuances piano, l’engagement artistique de dans Oblivion a amené plus d’un auditeur au bord des larmes. La nostalgie du Tango est bien connue, elle conduit ici au bord de la mélancolie. L’orchestre de chambre de Toulouse a su dès ce premier morceau nous convaincre de la qualité émotionnelle de cette musique. Bien évidemment la suite a été plus brillante avec des rythmes endiablés, des syncopes fulgurantes et des contrepoints que Bach lui même n’aurait pas reniés. La complexité harmonique et les couleurs variées demandées aux cordes, dont un grincement expressif douloureux, ont été un enchantement. Quel extraordinaire mélange de vigueur et de tristesse dans ces pièces ! Et quelle souplesse de tempo elles exigent !

Les quatre saisons invitent un piano. Carmen Martinez a la fougue, l’élégance, et le panache requis, mais elle a surtout le rythme dans la peau, au point de ne pouvoir s’empêcher de chantonner. La délicatesse de son toucher, les nuances admirables qu’elle a distillées, lui ont permis un mariage exquis avec les riches sonorités des cordes. Les contretemps diaboliques ne l’ont pas mise en difficulté, bien au contraire ils semblaient la mettre en joie. Un plaisir communicatif entre tous les musiciens a gagné la salle. Il était difficile de ne pas se lever devant une telle invitation à la danse.

Crédit photographique : Orchestre de chambre de Toulouse © DR

Plus de détails

Toulouse. Auditorium Saint Pierre des Cuisines. 26-II-2009 ; Astor Piazzolla (1921-1992) ; Oblivion ; Canyengue ; Coral ; Les quatre saisons ; Tango ballet. Carmen Martinez, piano ; Orchestre de chambre de Toulouse ; direction : Gilles Colliard.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.