À emporter, Audio, Musique de chambre et récital

Votre temps d’attente est supérieur à dix minutes…

Plus de détails

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Sonate pour hautbois et piano op. 166 ; Paul Pierné (1874-1952) : Fantaisie-Pastorale pour hautbois et piano ; Eugène Bozza (1905-1991) : Fantaisie-Pastorale pour hautbois et piano ; diverses transcriptions de Gabriel Fauré (1845-1924), Gabriel Pierné (1863-1937) et Erik Satie (1866-1925). Albrecht Mayer, hautbois et cor anglais ; Karina Wisniewska, piano. 1 CD Tudor 7067. Code-barre : 812973010678. Enregistré en février 2000 à la Kleiner Sendesaal SFB Berlin. Notice trilingue (français, anglais et allemand). Durée : 68’31’’.

 

Tudor

Quel étrange « objet musical » que ce CD composé d’œuvres originales et de transcriptions pour hautbois et piano, proposé par Albrecht Mayer et Karina Wisniewska ! Il s’agit d’un grand fourre-tout (enregistré en 2000, donc une réédition…) composé « d’œuvrettes » de Camille Saint-Saëns (Sonate op. 166), de , le cousin de Gabriel du même nom (Fantaisie-Pastorale) et du célèbre (Fantaisie-Pastorale) ainsi que de transcriptions hasardeuses. Lorsqu’on sait qu’il existe une littérature passionnante pour le hautbois et le piano (les Romances de Robert Schumann, la Sonate de Francis Poulenc, la Sonate de Paul Hindemith, parmi d’autres), pourquoi nous infliger un tel programme ?

Bien sûr, les prestations des interprètes ne sont pas remises en cause, tout particulièrement celle du hautboïste Albrecht Mayer (idéal interprète de Mozart), dont le son est velouté à souhait et l’articulation parfaite. Mais dès les transcriptions de la Pavane et de la Sicilienne de Gabriel Fauré, le doute s’installe. Lorsque viennent les « mélodies » de Fauré, Après un rêve, Le secret, on reste coi… Le poème devenant – apparemment – sans importance, on pourrait reprendre Clair de lune en remplaçant le texte de Verlaine par un extrait des « Pages Jaunes ».

Mais le sommet de l’indicible est atteint dans ce CD avec les transcriptions des… Gymnopédies d’Erik Satie. Les mystères et la magie mélancolique de l’écriture du Maître d’Arcueil résident (entre autres) dans ses tournures pianistiques, dans les transparences quasi aquatiques procurées par ces immenses accords, dans son écriture qui joue des sonorités du piano pour entrouvrir les Portes de l’Infini. Dans la transcription interprétée par Albrecht Mayer et Karina Wisniewska, on sombre dans le « grand n’importe quoi ». Et on se dit qu’après tout, pourquoi ne pas tenter la « Mort d’Isolde » dans une transcription pour accordéon (diatonique, bien sûr) et trombone ténor ? On s’imagine presque entendre une bande musicale d’attente, comme savent les confectionner les hotlines des fournisseurs d’accès internet, entrecoupées toutes les deux minutes d’un « Votre temps d’attente est… »

(Visited 92 times, 1 visits today)

Plus de détails

Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Sonate pour hautbois et piano op. 166 ; Paul Pierné (1874-1952) : Fantaisie-Pastorale pour hautbois et piano ; Eugène Bozza (1905-1991) : Fantaisie-Pastorale pour hautbois et piano ; diverses transcriptions de Gabriel Fauré (1845-1924), Gabriel Pierné (1863-1937) et Erik Satie (1866-1925). Albrecht Mayer, hautbois et cor anglais ; Karina Wisniewska, piano. 1 CD Tudor 7067. Code-barre : 812973010678. Enregistré en février 2000 à la Kleiner Sendesaal SFB Berlin. Notice trilingue (français, anglais et allemand). Durée : 68’31’’.

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.