Quelle Belle Époque !

À emporter, CD, Musique symphonique

Gabriel Fauré (1845-1924). Œuvres concertantes : Ballade pour piano et orchestre op. 19 ; Berceuse pour violon et orchestre op. 16 ; Élégie pour violoncelle et orchestre op. 24 ; Concerto pour violon et orchestre op. 14 ; Romance pour violoncelle et orchestre op. 69 ; Fantaisie pour flûte et orchestre op. 79 ; Fantaisie pour piano et orchestre op. 111. Jean-Marc Phillips-Varjabédian, piano ; Henri Demarquette, violoncelle  ; Juliette Hurel, flûte ; Jérôme Ducros, piano. Orchestre de Bretagne, direction : Moshe Atzmon. 1 CD Timpani 1C1172. Code-barre : 33778891311728. Enregistré à Rennes en septembre 2005. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 63’59’’

 

Comme le rappelle avec pertinence Hanna Krooz, dans le texte de présentation de ce disque consacré aux pages concertantes de , «l’idée est excellente, puisque le couplage est pour ainsi dire inédit, et possède le mérite de composer un ensemble cohérent, propre à mettre en valeur les interprètes». éprouva tout au long de sa carrière de musicien quelques réticences face à l’orchestre… Nombre de ses plus belles pages furent composées pour piano et instrument / voix, avant d’être orchestrées par le compositeur lui-même (presque à contrecœur) ou par ses suivants, comme Philippe Gaubert (1879-1941) ou Louis Aubert (1877-1968).

Ce disque nous donne donc à entendre plusieurs pages pour instruments solistes et orchestre, gravées par ordre chronologique de composition. On y trouve des partitions célèbres (comme l’Élégie op. 24 pour violoncelle et orchestre ou la Berceuse op. 16 pour violon et orchestre), tout autant que des raretés (tels le Concerto op. 14 pour violon et orchestre ou la Fantaisie op. 79 pour flûte).

Ce disque provoque un ravissement total et nous immerge dans les volutes musicales de la Belle Époque, totalement en accord avec l’esprit de cette période, et mené avec brio par une poignée de jeunes musiciens, tous excellents porte-drapeaux de la musique française de ces années merveilleuses !

On retiendra tout particulièrement les prestations du pianiste qui, d’année en année, s’impose comme un chef de file des interprètes de ce répertoire ; mais on n’oubliera pas de saluer les belles sonorités du violoncelliste (particulièrement dans l’Élégie…), ni de l’Orchestre de Bretagne, parfaitement conduit par .

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.