Danse , La Scène, Spectacles Danse

Poussières de sang de Salia Sanou & Seydou Boro

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 02-VI-2009. Salia Sanou et Seydou Boro : Poussières de sang. Chorégraphie : Seydou Boro et Salia Sanou. Lumières : Eric Wurtz. Costumes : Martine Somé. Scénographie : Ky Siriki. Danseurs : Salia Sanou, Seydou Boro, Adjaratou Ouédraogo, Ousseni Sako, Bénédicth Sene, Boukary Séré, Asha Thomas. Musique et interprétation : Djata Melissa Ilebou, texte et chant, Mamadou Koné, voix, guitare, balafon, flûte, Pierre Vaiana, saxophone, percussions, voix, Oumarou Bambara, djembé, balafon, tambour d’aisselle, ngoni, Adama Dembélé, tambour d’aisselle, ngoni.

Conçu par le duo de chorégraphes burkinabé et , «Poussières de sang» est un véritable métissage chorégraphique et musical entre le sable et l’ocre.

Recueilli, en suspens, le spectacle commence par un lamento chanté par Djata Melissa Ilebou, superbement illustré par un duo masculin aux torses nus, lent et mystérieux. La plainte, les gémissements se font plus insistants de la part de la chanteuse, puis des danseurs qui s’élance sur un tapis de danse aux couleurs de sable et d’ocre. Suit un tutti de danseurs où la célèbre ondulation, typique de la danse africaine, est reprise avec le buste, au lieu des hanches, debout ou en appui sur les quatre membres. Les deux chorégraphes explorent dans ces séquences chorales et dynamiques les multiples variations gestuelles et rythmiques de leur danse.

Seule concession, ou presque, au métissage occidental, l’usage du saxophone soprano par Pierre Valana, unique instrumentiste blanc, comme aux plus belles heures des croisements musicaux opérés par Luis Sclavis avec dans les années 90. La plus belle réussite du spectacle réside d’ailleurs dans ces expérimentations aux tonalités jazz, audacieuses et chaleureuses, mais aussi dans la générosité et l’authenticité de l’équipe musicale.

Du côté de la danse, malgré l’énergie irrépressible déployée par les six danseurs, le spectacle reste invariablement et uniquement porté par ses deux chorégraphes. Leur physique sculptural s’offre en duos intenses évoquant les combats de coqs filmés par la cinéaste Claire Denis. On retrouve dans ces duos la présence et la subtilité d’un Bill T Jones, qui conjugue comme eux sensibilité et maîtrise absolue d’un corps parfait.

Crédit photographique : © Antoine Tempé

Plus de détails

Paris. Théâtre de la Ville. 02-VI-2009. Salia Sanou et Seydou Boro : Poussières de sang. Chorégraphie : Seydou Boro et Salia Sanou. Lumières : Eric Wurtz. Costumes : Martine Somé. Scénographie : Ky Siriki. Danseurs : Salia Sanou, Seydou Boro, Adjaratou Ouédraogo, Ousseni Sako, Bénédicth Sene, Boukary Séré, Asha Thomas. Musique et interprétation : Djata Melissa Ilebou, texte et chant, Mamadou Koné, voix, guitare, balafon, flûte, Pierre Vaiana, saxophone, percussions, voix, Oumarou Bambara, djembé, balafon, tambour d’aisselle, ngoni, Adama Dembélé, tambour d’aisselle, ngoni.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.