À emporter, DVD, DVD Musique, Opéra

Romelia Lichstenstein, Alceste transcendante mais bien seule !

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1750) : Admeto, Re di Tessaglia. Mise en scène : Axel Köhler. Décors : Roland Aeschlimann. Costumes : Marie-Thérèse Jossen. Lumière : Matthias Hönig. Gestuelle baroque : Nils Niemann. Mathias Rexroth, Admeto ; Romelia Lichstenstein, Alceste ; Mechtild Bach, Antigone ; Tim Mead, Trasimede ; Raimund Nolte, Ercole ; Melanie Hirsch, Orindo ; Gerd Vogel, Meraspe. Howard Arman / Axel Köhler, voix / la statue (oracle d’Apollon). Orchestre du Festival Haendel de Halle ; Direction : Howard Arman. Réalisation : Ute Feudel. 1 DVD blu-ray Arthaus Musik 101 258. Code Barre : 8 07280 12589 4. Enregistré en 2006 à l’opéra de Halle. Langage du menu, anglais. Sous-titres en anglais, français, allemand et espagnol. Format image 16 : 9. Résolution 1080 i Full HD. Toutes zones. Durée : 196 minutes.

 

Initialement paru en 2006 sur DVD, cette production de Halle, ressort aujourd’hui sur un nouveau support : le Blu-Ray. L’avantage est que les 2 DVD ne font plus qu’un. Mais les 2 DVD audio qui complétaient le coffret initial ont disparus.

A la création de l’œuvre le 31 janvier 1727, Haendel disposait des plus grands chanteurs et allait connaître un succès jamais égalé, grâce aussi à un livret plus clair et plus théâtral qu’à l’accoutumée (même si les rôles secondaires viennent brouiller les pistes). Le drame commence d’emblée : Admète malade se meurt, et sa femme Alceste sacrifie sa propre vie pour sauver la sienne. Admète guéri, réalise qu’il a été trompé (dupé par un faux portrait) et qu’il aurait du épouser Antigone. Cette dernière s’introduit au château en tant que bergère et souhaite épouser Admète. Mais Alceste, sauvée du royaume des morts par Hercule, compte bien reprendre sa place. Admète est confronté à un choix cornélien.

Haendel compose une musique de grande qualité théâtrale (mais certainement pas à la hauteur d’un Giulio Cesare) pour ses 3 chanteurs d’exception : Senesino (Admète), Cuzzoni (Antigone), et Faustina (Alceste). Alors on comprend mal la désertion discographique qui règne sur cette œuvre : 2 enregistrements seulement, l’un datant de 1977 (Curtis), l’autre en anglais de 1968 (Lewis), toutes deux intéressantes mais trop anciennes de conception. C’est dire l’espoir que suscite alors cette nouvelle parution.

Axel Köhler, contre-ténor réputé et haendélien confirmé est ici le metteur en scène ! Il présente l’œuvre dans un lieu contemporain : une chambre d’hôpital où Admète se meurt. Alceste en grande tragédienne éplorée finit par se donner la mort. Tout se gâte avec l’arrivée d’Antigone. Il règne alors une confusion des genres et des époques. Entre une Alceste, tout droit sortie d’une tragédie ancienne dans son vêtement de deuil et une Antigone affublée de baskets et d’un survêtement type banlieue malfamée. Le contraste est de taille ! Tandis qu’Hercule habillé en rock star mi-mafieux mi-shérif ajoute à la confusion tout comme Admète tantôt général des armées, tantôt playboy ringard (chemise ouverte et chaîne en or). On passe sans vergogne du drame antique avec le sacrifice d’Alceste, à des scènes humoristiques qui tombent rapidement dans le ridicule et le grotesque (Hercule rend la vie à Alceste en lui réintroduisant ses entrailles et autres organes vitaux, les 2 tentatives de viol sur Antigone…). Tout ceci a pour effet de nous tenir éloigné de l’action théâtrale et au mieux l’ennui s’installe.

Seule idée lumineuse : plutôt que de faire appel à des changements fastidieux de pièces de décors, ce sont en fait des panneaux de couleurs vives et chatoyantes qui changent, montent et descendent au gré des évènements et qui viennent exacerber les sentiments des personnages. L’idée est certes simpliste (le vert pour la scène de la chasse, le rouge pour l’angoisse d’Admète…) mais très efficace.

Côté chanteurs, là aussi le déséquilibre est grand. Le contre-ténor Mathias Rexroth, dans le rôle titre, nous donne à voir et à entendre un Admète tout à la fois viril, élégant et sensible même s’il affiche une voix sans grand éclat, limitée dans un registre grave, et confronté à de nombreux problèmes (intonation et cadences scabreuses, voix artificiellement grossie, trilles tremblées…). Antigone agit et chante comme une soubrette de bas étages et ne rappelle en rien la créatrice du rôle la grande Cuzzoni, avec son italien piqué de sons germaniques, sa voix fragile et terne, ses aigus «tirés» et sa ligne vocale manquant cruellement d’unité ! fait de Trasimède un dandy sans grand intérêt mais parvient à se dépasser dans son air de fureur «Armati o core». Les rôles secondaires sont transparents.

Alors reste l’Alceste de Romelia Lichtenstein : magistrale dans toutes les facettes de son personnage ! Touchante face au mal de son époux dans la plainte «Luci vaghe», bouleversante dans l’acceptation de la mort «Faro così più bella», espoir passionné dans son air «Vedro fra poco» et jalousie rageuse dans son air «Gelosia». Passionnante à regarder, c’est une grande tragédienne et elle réussit contrairement aux autres personnages à rendre la gestuelle imposée crédible et convaincante (dans son air «Gelosia»). Même si la voix souffre déjà des affres du temps (notes graves désagréables), elle sait tenir son auditoire en haleine et fait sensation dans la maîtrise de l’art vocal baroque : aigus en mezza voce de toute beauté, vocalises ébouriffantes, cadences vertigineuses…inoubliable !

Une mise en scène très hésitante et une distribution bien inégale laissent seule Romelia Lichtenstein régner en maîtresse sur ce DVD.

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1750) : Admeto, Re di Tessaglia. Mise en scène : Axel Köhler. Décors : Roland Aeschlimann. Costumes : Marie-Thérèse Jossen. Lumière : Matthias Hönig. Gestuelle baroque : Nils Niemann. Mathias Rexroth, Admeto ; Romelia Lichstenstein, Alceste ; Mechtild Bach, Antigone ; Tim Mead, Trasimede ; Raimund Nolte, Ercole ; Melanie Hirsch, Orindo ; Gerd Vogel, Meraspe. Howard Arman / Axel Köhler, voix / la statue (oracle d’Apollon). Orchestre du Festival Haendel de Halle ; Direction : Howard Arman. Réalisation : Ute Feudel. 1 DVD blu-ray Arthaus Musik 101 258. Code Barre : 8 07280 12589 4. Enregistré en 2006 à l’opéra de Halle. Langage du menu, anglais. Sous-titres en anglais, français, allemand et espagnol. Format image 16 : 9. Résolution 1080 i Full HD. Toutes zones. Durée : 196 minutes.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.