À emporter, CD, Opéra

Bartók et Gergiev, l’artisanat furieux

Plus de détails

Béla Bartók (1881-1945) : A Kékszakállú Herceg Vára [Le château de Barbe-Bleue]. Elena Zhidkova, Judith ; Sir Willard White, Barbe-Bleue / récitant. London Symphony Orchestra, direction : Valery Gergiev. 1 SACD LSO Live LSO0685. Code barre : 8-22231-16852-2. Enregistré les 27 et 29 janvier 2009 au Barbican Center, Londres. Notice trilingue (anglais, français, allemand). Livret en hongrois, traduit en anglais. Durée : 58’53’’

 

Les Clefs ResMusica

Avant de faire entre le CD dans le lecteur, on sait maintenant à quoi s’attendre avec un enregistrement de dans les œuvres du XXe siècle : de l’explosif, de l’intense, du furieux et un orchestre chauffé à blanc à la limite du criard. Rebelote avec ce Château de Barbe-Bleue de , pris dans une fusion orchestrale. Comme toujours, Gergiev fait du Gergiev. Pas de lecture hédoniste à la Doráti (Mercury, 1962), Kerstész (Decca, 1966) ou Solti (Decca, 1979), trois version faites avec le LSO. Pas non plus de lecture analytique et de mise en avant de chaque détail de la partition, comme l’ont fait Boulez (DG, 1998) ou Eötvös (Hanssler, 2001) ni de de luxuriance orchestrale – Sawallisch (DG, 1979), Haitink (EMI, 1996) et Fischer (Philips, 2001). C’est que les versions de références se bousculent pour ce chef d’œuvre du XXe siècle. réussit le tour de force de s’imposer dans une discographie bien encombrée (ne serait-ce que huit versions enregistrées depuis 2001), aidé par un couple Judith / Barbe-Bleue idéal.

Point de soprano dramatique wagnérienne, mais une jeune mezzo russe, plus habituée à chanter Mozart, Strauss ou Tchaïkovski. possède des moyens immenses, à la mesure du rôle, tout en possédant la juvénilité nécessaire. Le vibrato est maîtrisé, les aigus triomphants, bref, une Judith idéale. A ses cotés, Sir est un habitué du rôle, dont il est, à l’heure actuelle, un des principaux défenseurs. Pour les accompagner, Valery Gergiev ne cherche pas à déployer son orchestre : l’atmosphère doit être oppressante, l’orchestre, omniprésent, maintient une pression à la limite du supportable. Dans les moments paroxystiques (ouverture de la cinquième porte, le Royaume de Barbe-Bleue) les cuivres se font volontairement durs, les bois volontairement aigres. Rien ne doit être optimiste dans ce huis clos.

La prise de son, excellente, dans les conditions du concert, ajoute à l’urgence de cette interprétation, à placer aux coté de celles sus-nommées. Petit plus non négligeable, la lecture du prologue (en anglais) qui s’enchaîne directement avec les quelques mesures du prélude. Une version de référence, une de plus.

Plus de détails

Béla Bartók (1881-1945) : A Kékszakállú Herceg Vára [Le château de Barbe-Bleue]. Elena Zhidkova, Judith ; Sir Willard White, Barbe-Bleue / récitant. London Symphony Orchestra, direction : Valery Gergiev. 1 SACD LSO Live LSO0685. Code barre : 8-22231-16852-2. Enregistré les 27 et 29 janvier 2009 au Barbican Center, Londres. Notice trilingue (anglais, français, allemand). Livret en hongrois, traduit en anglais. Durée : 58’53’’

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.