Plus de détails

Prades, Cathédrale Saint-Pierre. 26-VII-2009. Joseph Haydn (1732-1809) : Die Schöpfung. Marta Mathéu, soprano ; Albert Casals, ténor ; Marc Pujol, basse. Cor de Cambra del Palau de la Mùsica Catalana (Chef de chœur : Jordi Casas)  ; Orquestra Nacional Clássica d’Andorra ; direction : Marzio Conti

Festival Pablo Casals 2009

Pour l’année mondiale de l’Astronomie célébrant le 400e anniversaire de la découverte de la lunette astronomique, le Festival Pablo Casals et son directeur regardent cette année vers le brillant de l’étoile. Baptisée Cosmophonia, cette 59e édition s’articulera donc autour de thèmes cosmiques – «Hommage à Galilée», «La tête dans les étoiles»… – en sollicitant sur la scène rien que des stars, de l’archet bien sûr ( , Natalia Gutman, …) et bien d’autres grands Maîtres internationaux qui viendront dispenser leur savoir-faire aux jeunes interprètes de l’Académie du 1er au 13 Août.

D’hommage en hommage, La Création de s’est presque imposée comme une évidence aux organisateurs pour l’ouverture des festivités ! Donné dans la cathédrale Saint Pierre de Prades (comme tous les dimanches du Festival), ce superbe Oratorio sur un livret du baron Van Swieten est écrit en 1798 par un compositeur au fait de son art. C’est le chef italien Marzio Conti, habitué du Festival, qui était à la tête de l’Orchestra Nacional Clássica d’Andorre fondé par dont il est le super soliste. Le casting vocal était entièrement catalan ainsi que le chœur de chambre dominant l’orchestre en fond de scène. La voix profonde et très timbrée du baryton-basse Marc Pujol (Raphaël, Adam) trouve peu à peu son aisance dans les récitatifs et révèle une très belle sensibilité évocatrice dans les airs de la seconde partie. La soprano Marta Mathéu (Gabriel, Eve) s’impose par l’ampleur de son registre – à défaut d’une grande souplesse – la beauté du timbre et la clarté de sa diction. Le jeune ténor Albert Casals (Uriel) issu de l’Escolania de Montserrat est une voix légère, très ductile dans les récitatifs, bien conduite dans les airs mais dominée par la vaillance des deux autres dans les ensembles. Dans un lieu réverbérant comme l’est l’église de Prades, une des tâches délicates du chef est d’en dompter l’acoustique, ce qui ne semblait pas vraiment soucier Marzio Conti laissant le chœur, au demeurant très bien préparé par Jordi Casas (son intervention murmurée de la troisième partie était un bonheur), déployer un volume frisant souvent la saturation. On aurait souhaité également une respiration plus ample entre les différents numéros qui s’enchaînaient trop systématiquement, au détriment de la précision de l’attaque. Après une mise en condition un peu difficile, l’orchestre trouve cependant sa cohérence, révélant de belles couleurs dans le pupitre des bois, une énergie sans faille chez les «continuistes» et un bonheur très communicatif à restituer cette musique dans sa fraîcheur et sa grâce presque naïve.

Crédit photographique : Marzio Conti © DR

Plus de détails

Prades, Cathédrale Saint-Pierre. 26-VII-2009. Joseph Haydn (1732-1809) : Die Schöpfung. Marta Mathéu, soprano ; Albert Casals, ténor ; Marc Pujol, basse. Cor de Cambra del Palau de la Mùsica Catalana (Chef de chœur : Jordi Casas)  ; Orquestra Nacional Clássica d’Andorra ; direction : Marzio Conti

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.