Yael Naim, Hommage à Joni Mitchell

Concerts, La Scène, Spectacles divers

Paris, Cité de la musique. 04-IX-2009. Yael Naim, chant, guitare, piano ; Stéphane Belmondo, bugle, trompette ; David Donatien, percussions ; Éric Legnini, piano ; Xavier Tribollet, claviers ; Laurent David, basse ; Dré Pallemaerts, batterie

Jazz à La Villette

Un hommage à , tel était le beau projet de la chanteuse Yael Naim et du percussionniste David Donatien présenté lors du festival «Jazz sous les pommiers» du mois de mai dernier, qui leur proposait une carte blanche. Entourés de leur musiciens habituels et Xavier Tribollet, et des jazzmen Stéphane Belmondo, Éric Legnini et Dré Pallemaerts, ils réitérèrent ce programme deux mois plus tard à «Jazz à Vienne», pour les conduire enfin à la Grande Halle de la Cité de la musique, dans le cadre du festival «Jazz à la Villette».

Yael Naim, qui a souvent témoigné de son admiration pour la songwriter canadienne à qui elle rend hommage, interprète les chansons de la période folk, de l’album «Clouds» (1969) à «Court & Spark» (1974), en passant par «Ladies of the Canyon» (1970) et «Blue» (1971). Ainsi, on eut l’immense plaisir de réentendre ses plus grands hits, comme A Case Of You, Big Yellow Taxi, Woodstock, Down To You, Free Man In Paris, Blue, Both Sides Now, River, All I Want, revisités par les instrumentistes (étoffant la forme, enrichissant certains accords, et incorporant des solos improvisés) manifestement heureux et inspirés. La chanteuse ne manque pas de charme, elle est tout en espièglerie sur scène. Toutefois, après l’avoir entendu terminer son concert sur une sidérante et splendide réinterprétation de son propre succès «New Soul» en bis, avec des improvisations vocales impressionnantes de puissance et de virtuosité, on se prend à regretter qu’elle ne se soit pas autorisée autant de liberté vis-à-vis des classiques de l’icône. De même, il est dommage qu’elle n’ait pas cherché à mettre en avant quelques perles cachées du répertoire de , musicienne qui a toujours pris des risques en dépassant les clivages musicaux.

À noter en première partie de la soirée, l’intrigante et prometteuse Bettina Kee, et son projet «Ornette», à suivre…

Crédit photographique : photo © DR

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.