Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Karen Vourc’h et le Quintette Moraguès : comme un oiseau qui n’est pas d’ici

Plus de détails

Paris, Théâtre des Bouffes du Nord. 05-X-2009. Edward Grieg (1843-1907) : Jeg elsker Dig, extrait de Mélodies du cœur op. 5 ; En svane et Med en vandlilje op. 25 n° 2 et 4 ; Killingdans extrait de Haugtussa op. 67 ; I rosentiden et En drøm op. 48 n° 5 et 6  ; Jean Sibelius (1865-1957) : Se’n har jag ej frågat mera et En slānda op. 17 n° 1 et 5 ; Svarta rosor et Marssnön op. 36 n° 1 et 5 ; Flickan kom ifrån sin älsklings möte op. 37 n° 5 ; Samuel Barber (1901-1980) : The crucifixion et Sea-snatch, extraits des Hermit songs op. 29 ; Sure on this shining night et Nocturne op. 13 n° 3 et 4 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Shéhérazade (arrangement de David Walter)  ; Marie-Joseph Canteloube (1879-1957) : Baïlèro, La delaïssádo et Obal din lou Limouzi, extraits de Chants d’Auvergne (arrangement de David Walter)  ; Au pré de la rose et Auprès de ma blonde, extraits de Chants de France (arrangement de David Walter). Karen Vourc’h, soprano ; Susan Manoff, piano ; Quintette Moraguès : Michel Moraguès, flûte ; David Walter, hautbois ; Pascal Moraguès, clarinette ; Pierre Moraguès, cor ; Patrick Vilaire, basson.

Original et varié, ce récital promet un agréable dépaysement. C’est aussi l’occasion, trop rare, d’apprécier la musicalité des langues scandinaves, en l’occurrence le danois, le suédois et les deux langues parlées en Norvège, le Bokmål et le Nynorsk. Dans les mélodies de Grieg, Monsieur Croche raillait «la musique pour bercer les convalescents dans les quartiers riches», un quolibet que Debussy réutilisa sans vergogne pour parler de Frederick Delius… et rendent justice à ces pièces en révélant leur potentiel dramatique et poétique. Le duo travaille avec ferveur pour faire oublier l’obstacle linguistique et atteindre le ton juste, passant de la noblesse d’Un cygne à la primesautière Danse du chevreau, jusqu’au féérique et inquiétant Avec un nénuphar. Même réussite expressive dans les mélodies de Sibelius et de Barber, notamment les lugubres Roses noires et la tendre compassion de The Crucifixion.

Accompagnée avec art par , dispose d’une tessiture étendue et d’une voix excellemment projetée, des qualités appréciables dans ces mélodies qui ont attiré de grands chanteurs lyriques, comme Kirsten Flagstad et Jussi Björling dans Grieg, Kim Borg dans Sibelius, et Leontyne Price, dédicataire des Hermit songs de Barber. On peut tout de même juger que son engagement vocal pourrait être plus nuancé et que l’intensité sonore devrait être mieux subordonnée à celle de l’expression. Par moments, c’est cette générosité même qui la dessert, l’amenant à brusquer la progression des fameux Je t’aime et Un rêve de Grieg, et dérangeant la ligne des deux mélodies nocturnes de Barber, par ailleurs affectées par une prononciation anglaise assez floue.

Pour la seconde partie, le entre en scène : hélas, l’arrangement de Shéhérazade cause une franche déception. Le quintette à vents, qui peut donner ailleurs des résultats si intéressants, ne semble guère adapté à l’écriture de Ravel dans cette pièce : l’ensemble sonne terriblement opaque, et manque de relief et de couleur, un comble pour une partition aussi chatoyante ! C’est d’autant plus dommage que l’interprétation de Karen Vourc’h, totalement assurée sur le plan vocal, est une belle réussite : elle dit le texte avec gourmandise, elle rêve les yeux ouverts aux sortilèges de l’Orient, elle peint L’indifférent avec une charmante nonchalance. Cette fraîcheur change heureusement de la préciosité si souvent cultivée dans l’œuvre. Le se rattrape tout de même dans les chansons de Canteloube, dont l’orchestration, pourtant chamarrée, se plie bien mieux à la réduction. Le concert s’achève sur une prestation cocasse de Je te veux, de Satie, dont la chanteuse dédie chaque strophe à un des instrumentistes.

Crédit photographique : Karen Vourc’h © Yves Petit

(Visited 502 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris, Théâtre des Bouffes du Nord. 05-X-2009. Edward Grieg (1843-1907) : Jeg elsker Dig, extrait de Mélodies du cœur op. 5 ; En svane et Med en vandlilje op. 25 n° 2 et 4 ; Killingdans extrait de Haugtussa op. 67 ; I rosentiden et En drøm op. 48 n° 5 et 6  ; Jean Sibelius (1865-1957) : Se’n har jag ej frågat mera et En slānda op. 17 n° 1 et 5 ; Svarta rosor et Marssnön op. 36 n° 1 et 5 ; Flickan kom ifrån sin älsklings möte op. 37 n° 5 ; Samuel Barber (1901-1980) : The crucifixion et Sea-snatch, extraits des Hermit songs op. 29 ; Sure on this shining night et Nocturne op. 13 n° 3 et 4 ; Maurice Ravel (1875-1937) : Shéhérazade (arrangement de David Walter)  ; Marie-Joseph Canteloube (1879-1957) : Baïlèro, La delaïssádo et Obal din lou Limouzi, extraits de Chants d’Auvergne (arrangement de David Walter)  ; Au pré de la rose et Auprès de ma blonde, extraits de Chants de France (arrangement de David Walter). Karen Vourc’h, soprano ; Susan Manoff, piano ; Quintette Moraguès : Michel Moraguès, flûte ; David Walter, hautbois ; Pascal Moraguès, clarinette ; Pierre Moraguès, cor ; Patrick Vilaire, basson.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.