Les horizons lointains de Toshio Hosokawa

À emporter, CD, Musique symphonique

Toshio Hosokawa (né en 1955) : Landscape III ; Concerto pour flûte « Per-Sonare » ; Ans Meer, concerto pour piano et orchestre. Bernhard Wambach, piano ; Gunhild Ott, flute ; Irvine Arditi, violon ; Deutsches Symphonie-Orchester Berlin, Orchestre symphonique de la SWR de Baden-Baden et Fribourg-en-Brisgau et Orchestre symphonique de la NDR, direction : Robert HP Platz. 1 CD NEOS. Référence : NEOS 10716. Code barre : 4 260063 107160. Enregistré en 1997 et 2001. Notice de présentation en : allemand, espagnol, anglais et français. Durée : 50’35

 

Les Clefs d'or

Le compositeur japonais nous avait enthousiasmé avec sa pièce pour grand orchestre Circulating Ocean. Le label Neos propose judicieusement un album regroupant des concertos. Installé à Berlin, le compositeur est plus près des formations, institutions et circuits de diffusions allemands que des milieux français, c’est heureux pour lui, mais c’est dommage pour nous car sa musique délicate et raffinée n’est pas éloigné d’une certaine sensibilité latine et mérite une écoute attentive.

Dans la notice de présentation, le compositeur insiste sur son intérêt pour le «gagaku» qu’il a découvert lors de ses années d’études à Berlin auprès d’Isang Yun. De cette pratique musicale, Hosokawa retient quelques figures rythmiques, mélodiques et instrumentales qui donnent à sa musique un côté scintillant, ondoyant mais presque immobile et minimal. La musique d’Hosokawa est travaillée à l’extrême avec, au fil des écoutes, l’émergence de nombreux détails d’instrumentation qui évoluent vers une explosion de couleurs froides mais suggestives du Japon lointain.

Le concerto pour flûte Per-Sonare (1988) est la première partition concertante de l’artiste. La flûte est un pont entre le Japon et l’Europe et Hosokawa se plaît à faire sonner sa pièce avec de nombreuses réminiscences de l’orient. Les sons se fusionnent dans un paysage sonore vaporeux et auroral tout en explorant la spatialisation de l’orchestre avec un dialogue entre deux groupes instrumentaux. L’oreille émerveillée est transportée dans un univers enchanteur et poétique.

Créé en 1993, Landscape III pour violon est, comme son nom l’indique, une partie d’un cycle pour différents instruments. Cette pièce évolue vers une plus grande économie de moyens ; le discours est organisé de part et d’autre d’une ligne horizontale : la partie soliste semble être un roc granitique et brut dans un paysage orchestral luxuriant. Le concerto Ans Meer (1999) est une reprise du concerto pour saxophone et orchestre, cette pièce poursuit les recherches sonores du compositeur en les adaptant au piano.

Comme le dit le compositeur : «la musique se doit d’être noble», avec Hosokawa, elle l’est indubitablement avec un créateur au langage personnel, original et ensorcelant.

Les artistes, tous allemands, habitués à la musique contemporaine, livrent un service «sur-mesure».

HP Platz

Banniere-ClefsResmu-ok

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.