Resmusica Rouge

Aimez-vous Haydn ?

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Joseph Haydn (1732–1809) : Fantaisie en ut majeur Hob XVII : 4 ; Arietta n° 1 et 12 variations en mi bémol majeur Hob XVII : 3 ; Adagio en sol majeur (deuxième mouvement du Trio avec piano Hob XV : 22) ; 6 Variations faciles en ut majeur Hob XVII : 5 ; Capriccio en sol majeur sur « Acht Sauschneider müssen sein » Hob XVII : 1 ; Variations en fa mineur Hob XVII : 6 ; Adagio en fa majeur Hob XVII : 9 ; Arietta n° 2 et 12 variations en la majeur Hob XVII : 2 ; Variations sur l’Hymne « Gott Erhalte » en sol majeur Hob III : 77. Joël Rigal, pianoforte. 1 CD De Plein Vent CD09140. Code barre : 3360043091401. Notice bilingue (français, anglais). Enregistré du 3 au 5/11/08 et le 7/3/09 au Studio Arts et Sons. Durée 74’10’’

 

Joël Rigal nous invite a découvrir les «Pièces et variations pour le pianoforte» de Haydn. Pratiquement inconnues, ces pièces, très colorées, viennent contredire les nombreux mélomanes qui ne verraient en Haydn que l’auteur de très nombreuses symphonies. Nombre de ces variations datent de la dernière période de maturité du compositeur, et leur esprit novateur témoigne à quel degré de maîtrise de son art celui-ci avait atteint. D’innombrables innovations chromatiques et rythmiques, une grande sûreté d’écriture, et une incontestable fraîcheur d’invention ponctuent l’ensemble de ces petits opus pleins de finesses et de subtilités. Par exemple, la Fantasia en ut, qui réussit à réunir à elle seule beaucoup des difficultés pianistiques, entrecoupés de pirouettes harmoniques. Bâti sur une chanson populaire, le Cappricio montre une grande inventivité exubérante. Le programme se termine sur les Variations sur «Gott erhalte», l’hymne impérial Autrichien composé à la gloire de l’Empereur. Haydn, constatant que son hymne déjà utilisé dans un quatuor «L’Empereur» était très populaire, a décidé d’effectuer lui-même la transcription pour piano que nous entendons ici.

Outre l’indéniable plaisir musical à découvrir ces petits chefs-d’œuvre, cette édition a également le mérite de nous familiariser aussi avec le timbre particulier du pianoforte. Réalisé sur un véritable instrument de 1815 (soit très peu de temps après la mort du compositeur), cet enregistrement assez limpide nous révèle la richesse expressive et le dynamisme de l’interprétation. Un disque stimulant, rafraîchissant et enchanteur.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.