À emporter, Musique symphonique, Vidéo, Vidéo Musique

Les jeunes musiciens du Venezuela à Salzbourg

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour piano, violon, violoncelle et orchestre en ut majeur, op. 56 « Triple Concerto » ; Modeste Moussorgsky (1839-1881) : Tableaux d’une exposition. En bis : Johann Strauss (1804-1849) : Marche de Radetzky ; Alberto Ginastera (1916-1983) : Danse finale (Malambo) extraite du ballet Estancia, op. 8. Avec : Martha Argerich, piano ; Renaud Capuçon, violon ; Gautier Capuçon, violoncelle. Simon Bolivar Youth Orchestra of Venezuela, direction : Gustavo Dudamel. Réalisation : Agnes Méth. Enregistré en direct au Grosses Festspielhaus de Salzbourg le 29 août 2008. Le bonus propose une répétition par l’orchestre et son chef de la Symphonie n°1 de Gustav Mahler, enregistrée le 23 août au Grosses Universitätsaula de Salzbourg. Sous-titres (bonus) : allemand, français, espagnol, chinois. 1 DVD. Deutsche Grammophon 00440 073 4515. Code-barre : 044007 345153. Notice trilingue en anglais, allemand et français. Format image : NTSC/COLOUR/16 : 9. Format son : PCM STEREO DTS 5. 1 (concert) et DTS 5. 0 (bonus). Zone 0. Durée : 85’55’’+ 44’39’’(bonus).

 

Le poids de cette manifestation, à n’en pas douter, était autant d’ordre social que musical. L’arrivée, au festival de Salzbourg, d’un orchestre essentiellement formé de jeunes musiciens issus des classes défavorisées d’un des pays les plus pauvres de la planète est en effet lourde de symboles, et l’ovation faite à l’issue du concert à José Antonio Abreu, l’artisan d’une telle réussite musicale montre que le public était bien conscient de cette dimension.

Et pourtant, la valeur sociale de l’événement ne peut en rien être taxée de masquer la portée musicale de la soirée. L’énergie, la verve et l’enthousiasme déployés par l’orchestre sont en effet sidérants, et le programme choisi pour la deuxième partie du concert, la sublime «peinture» orchestrale de Moussorgsky, convient idéalement à de telles qualités. Quel luxe de couleurs, quelle palette d’émotions le chef ne parvient-il pas à tirer de son ensemble !

Dans le triple concerto de Beethoven, dont l’esthétique est beaucoup plus classique, la formation sud-américaine sait également se faire plus neutre pour faire la place aux trois solistes. Sans doute aurait-on pu souhaiter une restitution plus intimiste, mais personne ne pourra se plaindre de la prestation des deux frères Capuçon, dialoguant avec une dont le festival fêtait le retour après de longues années d’absence. Le programme est complété, en plus des bis d’usage, par une captation de la répétition par l’orchestre de la première symphonie de Mahler, couplage un peu curieux qui nous rappelle, une fois encore, la dimension didactique de l’événement.

(Visited 71 times, 1 visits today)

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Concerto pour piano, violon, violoncelle et orchestre en ut majeur, op. 56 « Triple Concerto » ; Modeste Moussorgsky (1839-1881) : Tableaux d’une exposition. En bis : Johann Strauss (1804-1849) : Marche de Radetzky ; Alberto Ginastera (1916-1983) : Danse finale (Malambo) extraite du ballet Estancia, op. 8. Avec : Martha Argerich, piano ; Renaud Capuçon, violon ; Gautier Capuçon, violoncelle. Simon Bolivar Youth Orchestra of Venezuela, direction : Gustavo Dudamel. Réalisation : Agnes Méth. Enregistré en direct au Grosses Festspielhaus de Salzbourg le 29 août 2008. Le bonus propose une répétition par l’orchestre et son chef de la Symphonie n°1 de Gustav Mahler, enregistrée le 23 août au Grosses Universitätsaula de Salzbourg. Sous-titres (bonus) : allemand, français, espagnol, chinois. 1 DVD. Deutsche Grammophon 00440 073 4515. Code-barre : 044007 345153. Notice trilingue en anglais, allemand et français. Format image : NTSC/COLOUR/16 : 9. Format son : PCM STEREO DTS 5. 1 (concert) et DTS 5. 0 (bonus). Zone 0. Durée : 85’55’’+ 44’39’’(bonus).

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.