Plus de détails

Grenoble. MC2. 18 et 19-V-2010. Ludwig van Beethoven (1770-1827). IIIème partie : Symphonie n°2, op. 36 en ré majeur ; Symphonie n°6 op. 68 en fa majeur, « Pastorale ». IVème partie : Ouverture d’Egmond ; Symphonie n°8 op. 93 en fa majeur ; Symphonie n°7 op. 92 en la majeur. La Chambre Philharmonique sur instruments d’époque, direction : Emmanuel Krivine.

Intégrale des symphonies de Beethoven – IIIème et IVème parties

L’intégrale des symphonies de Beethoven par sur instruments d’époque s’achève magistralement avec ces deux soirées. Si l’on devait ne retenir qu’un élément de ces deux dernières parties, ce serait la vitalité et l’humanité qui émanent de Krivine, l’enthousiasme et la légèreté qu’il transmet à son orchestre.

Ce grand cycle proposé par la MC2 a débuté en juin dernier, avec la IXème Symphonie, s’est prolongé sur deux soirées en décembre 2009 et s’est donc conclu les 18 et 19 mai. Au programme de la première soirée, la Symphonie n°2 et la Symphonie Pastorale. Les choix d’interprétation n’ont rien de choquant ou de révolutionnaire … est-ce utile de visiter différemment des œuvres du grand répertoire ? Certes non, les faire revivre est amplement suffisant si c’est bien fait. La pâte sonore très homogène de l’orchestre, la précision rythmique de l’interprétation mettent en valeur ce mélange de simplicité et de richesse qui ont rendu célèbres ces symphonies. C’est simple, juste très fidèle et donc très efficace.

Pour conclure ce cycle, le dernier concert proposait l’Ouverture d’Egmond, la VIIIème et surtout la VIIème Symphonie. vit la musique, il la danse et la propulse, cherche dans chaque partie l’énergie et le dynamisme. Sous sa baguette, chaque membre de l’orchestre semble interpréter sa partie comme un soliste au service de l’ensemble. Le résultat transporte, à l’oreille comme à l’œil. On vibre avec chaque son, et on a l’impression de réellement vivre avec l’orchestre cette aventure musicale.

Les «tubes» de la musique classique méritent aussi d’être entendus en concert, surtout lorsqu’ils sont interprétés de façon aussi vivante et chaleureuse … ne serait-ce que pour offrir ce double bonheur d’écouter dans une belle salle des œuvres que l’on connaît par cœur et de les redécouvrir, encore plus intenses et vivantes.

Crédit photographique : photo © Chambre philharmonique

Plus de détails

Grenoble. MC2. 18 et 19-V-2010. Ludwig van Beethoven (1770-1827). IIIème partie : Symphonie n°2, op. 36 en ré majeur ; Symphonie n°6 op. 68 en fa majeur, « Pastorale ». IVème partie : Ouverture d’Egmond ; Symphonie n°8 op. 93 en fa majeur ; Symphonie n°7 op. 92 en la majeur. La Chambre Philharmonique sur instruments d’époque, direction : Emmanuel Krivine.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.