Plus de détails

Paris. Palais Royal. 15-VII-2010. Dans le cadre de Paris Quartier d’Eté. Ballet du Grand Théâtre de Genève : Soirée Dominique Bagouet, avec l’accord des Carnets Bagouet. Chorégraphies : Dominique Bagouet. Responsable artistique : Olivia Grandville. Jours étranges (1990). Musique : The Doors extraits de Strange Days. Assistants : Sylvie Giron, Jean-Charles di Zazzo. Lumières : Serge Dées. So Schnell (1992). Musique : Jean-Sébastien Bach. Compositeur électro-acoustique : Laurent Gachet. Costumes : Dominique Fabrègue. Lumières : Manuel Bernard. Avec les danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève, direction : Philippe Cohen

Le reprend deux pièces de , Jours étranges et So Schnell. Si elles ont la couleur de l’original, ces reprises n’en ont pas le goût.

Lors de sa création en 1990, Jours étranges fut un choc. La musique des Doors, un mur d’enceintes au fond de la scène et des danseurs en tee-shirt et en pantalons de jogging. Les pantalons de jogging sont toujours là, mais il manque tout ce qui faisait le peps de la distribution originale : l’humour, l’étrangeté des corps et cette gestuelle si reconnaissable et si originale qui faisait la marque de . Aujourd’hui, ces mouvements inspirés des « comics », tout droit sortis des vignettes de bande dessinée, semblent totalement banalisés par des corps modernes, musclés, sans personnalité ni originalité physique. Parmi les six danseurs de Jours étranges, seul un interprète anonyme vêtu de noir s’approche de l’esthétique originale grâce à sa tenue et à son dos un peu raide. Epaules et bras souples, hanches trop mobiles, jusque dans la marche, les danseurs ne sont pas justes. Pourtant, sans ces menus détails de l’interprétation et du style, la pièce perd tout intérêt. Une grosse déception !

Le constat est un peu moins sévère pour So Schnell. La reprise par le prend en effet tout son sens pour cette pièce plus écrite, très construite et d’une grande précision. On se concentre davantage sur l’écriture que sur l’interprétation, même si la distribution est de meilleur niveau que celle de Jours étranges. Dès le duo d’ouverture, devenu un classique des concours contemporains de fin d’année, l’exécution des deux danseuses – presque jumelles en chignon banane noir – est parfaite. On aimerait connaître leurs noms, que le programme ne nous confie pas… Initialement dansé par et Catherine Legrand, ce duo a traversé le temps sans encombres.

Comme plus tard Angelin Preljocaj dans Le Parc, Dominique Bagouet avait souhaité pour cette pièce intercaler les sons familiers de la bonneterie familiale avec sa cantate de Bach préférée. Cette alternance offre successivement des parties collectives, très riches, quoique noyées par manque de lisibilité stylistique dans l’interprétation, et des solos, duos ou trios réussis et plutôt fidèles au style Bagouet. Seul regret, les danseurs n’y croient pas et empêchent, de fait, toute émotion de parvenir au spectateur, malgré la beauté de la pièce.

Crédit photographique : So Schnell, de Dominique Bagouet © GTG / Gregory Batardon

Plus de détails

Paris. Palais Royal. 15-VII-2010. Dans le cadre de Paris Quartier d’Eté. Ballet du Grand Théâtre de Genève : Soirée Dominique Bagouet, avec l’accord des Carnets Bagouet. Chorégraphies : Dominique Bagouet. Responsable artistique : Olivia Grandville. Jours étranges (1990). Musique : The Doors extraits de Strange Days. Assistants : Sylvie Giron, Jean-Charles di Zazzo. Lumières : Serge Dées. So Schnell (1992). Musique : Jean-Sébastien Bach. Compositeur électro-acoustique : Laurent Gachet. Costumes : Dominique Fabrègue. Lumières : Manuel Bernard. Avec les danseurs du Ballet du Grand Théâtre de Genève, direction : Philippe Cohen

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.