Danse , La Scène, Spectacles Danse

Encor, le retour de Catherine Diverrès

Plus de détails

Paris. Théâtre de Chaillot. 18-XI-2010. Catherine Diverrès : Encor. Direction artistique et chorégraphie : Catherine Diverrès. Scénographie : Laurent Peduzzi. Musiques : Jean-Luc Guionnet, Seijiro Murayama, Marin Marais, Denis Gambiez, Michel Legrand, Eric Satie / Denis Gambiez, JR Duffer. Lumières : Pierre Gaillardot. Costumes : Cidalia Da Costa, assistée de Elisabeth Cerqueira. Perruques et maquillage : Sophie Niesseron. Son : Denis Gambiez. Avec : Carole Gomes, Isabelle Kürzi, Thierry Micouin, Rafael Pardillo, Emilio Urbina

Pièce tonique et élégante, Encor signe le grand retour de depuis son départ du Centre chorégraphique de Rennes en 2008.

Commande de la Biennale de la Danse de Lyon pour la dernière édition concoctée par son fondateur, Guy Darmet, Encor est un hommage à la danse sous toutes ses formes : Madison, danses de cours en robes à panier, danse classique en tutu blanc, danse contemporaine avec de longs mouvements telluriques. Hommage aussi aux maîtres de la chorégraphe, comme , ou Kazuo Ohno, qu’elle évoque avec délicatesse à travers des fleurs déposées à l’avant-scène. Toujours, la danse est éruptive, passionnelle, intense. Les danseurs sont magnifiques dans leurs élans, leur ampleur, leur énergie, même si parfois cette (belle) danse tourne à vide.

Contrainte, depuis son départ de Rennes où elle disposait des studios et des moyens d’un Centre chorégraphique national, de travailler avec moins de confort, ne s’est pourtant pas privée de ses fidèles compagnons de route artistiques : Laurent Peduzzi pour la scénographie crépusculaire et Cidalia Da Costa pour des costumes soyeux et subtils. La bande son, qui mêle musique baroque et rythmes techno, ne se laisse en revanche pas facilement prendre et contribue à dissiper l’attention.

Malgré ses errements, le spectacle frappe durablement la rétine grâce à des images fortes et puissantes, telle la coiffe d’indien portée par un danseur solitaire ou le travestissement d’un personnage en tenue de danseuse orientale. La fin d’Encor est tout particulièrement marquante, comme un cœur qui bat, lorsque les danseurs nus s’enchevêtrent les uns sur les autres, puis s’enduisent d’une peinture rouge qui leur donne l’allure de lutteurs ensanglantés. Superbe !

Crédit photographique : © Nicolas Joubard

(Visited 328 times, 1 visits today)

Plus de détails

Paris. Théâtre de Chaillot. 18-XI-2010. Catherine Diverrès : Encor. Direction artistique et chorégraphie : Catherine Diverrès. Scénographie : Laurent Peduzzi. Musiques : Jean-Luc Guionnet, Seijiro Murayama, Marin Marais, Denis Gambiez, Michel Legrand, Eric Satie / Denis Gambiez, JR Duffer. Lumières : Pierre Gaillardot. Costumes : Cidalia Da Costa, assistée de Elisabeth Cerqueira. Perruques et maquillage : Sophie Niesseron. Son : Denis Gambiez. Avec : Carole Gomes, Isabelle Kürzi, Thierry Micouin, Rafael Pardillo, Emilio Urbina

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.