Plus de détails

Paris, Salle Pleyel. 03-XII-2010. Anton Webern (1883-1945) : Six pièces pour orchestre op. 6 ; Alban Berg (1885-1935) : Trois mouvements de la Suite lyrique pour orchestre à cordes ; Alexander von Zemlinsky (1871-1942) : Symphonie lyrique op. 18. Angela Denoke, soprano ; Peter Mattei, baryton ; Orchestre Philharmonique de Radio France, direction : Peter Hirsch

, souffrant, n’a pu diriger ce beau programme viennois et fut remplacé par , un chef plutôt discret, spécialiste du répertoire du XXe siècle. Sa battue fluide et précise sert bien le laconisme des Six pièces de Webern (dans la version révisée de 1928), obtenant de l’orchestre la concentration nécessaire pour l’impressionnante quatrième pièce. La mélancolie de la dernière est convenablement rendue. Dans les trois mouvements de la Suite lyrique adaptés par Berg, en revanche, le manque de définition sonore ressemble beaucoup à de la prudence. L’Andante amoroso, pourtant animé par le chef, paraît comme émoussé, l’Allegro misterioso est plutôt en place, mais trop statique, et le dernier mouvement a des jambes de coton.

LaSymphonie lyrique, qui inspira la Suite de Berg, demeure finalement assez rare, victime sans doute de l’hégémonie de Mahler dans les programmes symphoniques parisiens. Le mélange des couleurs, l’expansion des nuances, les interventions de valeureux solistes sont là, et pourtant, la rutilance caractéristique de l’œuvre demeure absente. Il faut reconnaître à , sobre et posé, le mérite de veiller à la continuité musicale plutôt que de noyer les chanteurs dans des maelströms cuivrés. On a simplement l’impression, par moments, d’un lourd chariot qui s’immobilise sous son propre poids. et , s’ils n’expriment guère les aspirations bouddhistes des poèmes de Rabindranath Tagore, sont très à l’aise dans ce style. Le baryton fait admirer son élégance habituelle et sa projection sans défaut, mais demeure trop indifférent dans son intervention finale. , à l’émission ferme, conjugue intelligence et volupté, et, mieux coordonnée avec Peter Hirsch, elle offre les meilleurs moments d’une soirée somme toute satisfaisante, compte tenu, surtout, du changement tardif de chef.

Crédit photographique : © Monika Rittershaus

Plus de détails

Paris, Salle Pleyel. 03-XII-2010. Anton Webern (1883-1945) : Six pièces pour orchestre op. 6 ; Alban Berg (1885-1935) : Trois mouvements de la Suite lyrique pour orchestre à cordes ; Alexander von Zemlinsky (1871-1942) : Symphonie lyrique op. 18. Angela Denoke, soprano ; Peter Mattei, baryton ; Orchestre Philharmonique de Radio France, direction : Peter Hirsch

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.