Concerts, La Scène

Il Complesso Barocco et le Néoclassicisme

Plus de détails

Paris, Auditorium du Louvre. 12-I-2011. Leonardo Leo (1694-1744) : Salve Regina pour soprano et orchestre ; Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736) : Stabat Mater pour soprano, mezzo-soprano et orchestre ; Niccolo Jommelli (1714-1774) : Miserere pour soprano, mezzo-soprano et orchestre. Roberta Invernizzi, soprano ; Romina Basso, mezzo-soprano. Il Complesso Barocco ; direction : Alan Curtis

Premier volet du cycle de concerts «Néoclassicisme», et ont ravi l’Auditorium du Louvre dans un programme en triptyque composé de pièces religieuses de Leonardo Leo, Pergolèse et Jacommelli.

Dans le Salve Regina de Leonardo Leo, le timbre délicat et subtil de illumine ce surprenant kaléidoscope musical, débutant dans la suavité que procure la compassion maternelle et l’espoir de la miséricorde divine, puis s’animant dans des supplications vives, sans pour autant tomber dans l’amertume ou la désolation. La pièce est interprétée par la soprano avec grande finesse et humilité, délivrant des envolées splendides, et des aigus à la puissance maîtrisée.

Les derniers accords appellent déjà le célèbre Stabat Mater de Pergolèse, qui laisse toutefois quelques déceptions de première minute : le choix du tempo d’entrée, relativement rapide, atténue l’intensité dramatique de la scène. Mais la conviction des solistes a rendu à la pièce toute sa puissance émotionnelle, dans la violence du Per transivit gladius, ou encore dans la consternation du Moriendo desolatum, dum emisit spiritum. La fin de la pièce est parfaite, tant les deux voix ne font qu’une. Il saluer tout particulièrement l’excellente diction et le sens du tragique de .

Le sublime Miserere de Niccolo Jommelli, tant par la musique que par la beauté du texte de Saverio Mattei emporte largement l’adhésion du public. Composé en 1771, la phrase musicale est éclatante et directe, les harmonies recherchées, permettent aux solistes et orchestre d’affirmer leur virtuosité et leur conviction. Les deux solistes ont formé un duo d’une belle complémentarité.

Crédit photographique : © Bruna Ginammi

Plus de détails

Paris, Auditorium du Louvre. 12-I-2011. Leonardo Leo (1694-1744) : Salve Regina pour soprano et orchestre ; Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736) : Stabat Mater pour soprano, mezzo-soprano et orchestre ; Niccolo Jommelli (1714-1774) : Miserere pour soprano, mezzo-soprano et orchestre. Roberta Invernizzi, soprano ; Romina Basso, mezzo-soprano. Il Complesso Barocco ; direction : Alan Curtis

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.