Plus de détails

Dijon. Auditorium. 20-III-2011. Johannes Brahms (1833-1897) : Concerto pour violon en ré majeur op. 77 ; Symphonie n°4 en mi mineur op. 98. Christian Tetzlaff, violon. London Philharmonic Orchestra, direction : Vladimir Jurowski

Quelques dizaines de personnes perdues devant l’auditorium à 15h, bien que le concert ait été repoussé deux heures plus tard. Pas d’affiche, seulement quelques individus au guichet pour rassurer les malheureux spectateurs. Heureusement, à l’heure dite, la salle est comble et le public oublie immédiatement les petits désagréments d’organisation dès la première note entonnée par l’orchestre.

Sous la direction précise et inspirée de , le LPO n’a rien à envier au violon enchanteur de dans le superbe Concerto de Brahms. Tour à tour passionné, expressif, enjôleur, le violoniste captive l’auditoire, aidé très efficacement par un orchestre équilibré aux cordes et cuivres chaleureux, aux bois expressifs et aux percussions imposantes. Le soliste se distingue par une technique irréprochable et un grand sens du legato dans les phrases chantantes. Ses nuances piano sont vraiment un modèle du genre, même si l’on peut regretter que l’orchestre couvre parfois le son de l’instrument. Le dialogue entre le soliste et l’orchestre aux harmonies et rythmes brahmsiens a suscité un vif enthousiasme, de même que la pièce de Bach en fa majeur jouée par , seul, en bis. Une habile manière de calmer l’atmosphère après le dernier mouvement pour le moins animé du dynamique concerto.

Brahms est encore au programme de la seconde partie, avec sa Quatrième symphonie. Et là encore, il séduit grâce à un LPO inspiré et dirigé de main de maître. Le travail thématique beethovénien et les variations si chères à Brahms plongent l’auditeur dans une concentration intense. En témoigne la chaconne du dernier mouvement dans laquelle le compositeur montre son habileté et son métier de même que le jeune chef d’orchestre qui fait bien ressortir les couleurs orchestrales, les cellules rythmiques présentes dans la thématique, l’accompagnement et les contrechants de ce mouvement placé également sous le signe de Jean-Sébastien Bach.

Le public est ressorti ravi et a montré son enthousiasme par des applaudissements à tout rompre. Une belle fin de journée pour un premier après-midi de printemps ensoleillé…

Crédit photographique : © Roman Gontcharov

Plus de détails

Dijon. Auditorium. 20-III-2011. Johannes Brahms (1833-1897) : Concerto pour violon en ré majeur op. 77 ; Symphonie n°4 en mi mineur op. 98. Christian Tetzlaff, violon. London Philharmonic Orchestra, direction : Vladimir Jurowski

Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.