À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Opéra

Mozart et Ildebrando D’Arcangelo

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : airs extraits de Don Giovanni, Le nozze di Figaro, Cosi fan tutte ; airs de concert Alcandro lo confesso… Non so d’onde viene K. 512, Mentre ti lascio, o figlia K. 513, Cosi dunque tradisci… Aspri rimorsi atroci K. 432 (421°), Per questa bella mano K. 612. Avec : Ildebrando D’Arcangelo, basse-baryton. Orchestra du Teatro Regio di Torino, direction : Gianandrea Noseda. 1 CD. Deutsche Grammophon 477 9297. Code-barre : 028947 792970. Enregistré dans la salle Regia du Teatro Regio de Turin en juin 2010. Qualité d’enregistrement : DDD. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand et français). Durée : 60’45’’.

 

Le programme, il faut bien le reconnaître, n’est pas d’une folle originalité, même s’il permet d’entendre, à côté des grands classiques du genre, quelques-uns des sublimes airs de concert que Mozart écrivit pour la voix de basse. Et si l’air alternatif «Rivolgete a lui lo sguardo», parfois chanté par Guglielmo au premier acte de Cosi fan tutte, n’est plus vraiment une curiosité aujourd’hui, ce CD permettra tout de même de faire entendre en première mondiale quelques mesures d’un récitatif des Noces spécifiquement conçu à l’intention du créateur de Figaro, Francesco Benucci, découvert dans les années 1930 puis récemment authentifié. Mises à part ces quelques raretés, l’essentiel du récital du beau et ténébreux est surtout composé des grands rôles mozartiens qui constituent depuis une quinzaine d’années le pain quotidien du chanteur : Figaro, Leporello, Don Giovanni, Guglielmo, peut-être demain le comte… Et qui s’en plaindra !

Dans la lignée des grandes basses italiennes au physique et à la vocalité de Latin lover (Ezio Pinza, Cesare Siepi, pour certains Ruggero Raimondi…), notre artiste séduit tout d’abord par la beauté et l’opulence d’un timbre de velours, à peu près égal sur toute l’étendue de la voix. Si l’extrême grave pose encore quelques problèmes pour certains des airs de concert, résolument écrits pour une voix de basse profonde, l’aigu est rayonnant et triomphant, comme il convient à ces pages écrites dans une tessiture de baryton-basse. De plus, le mordant du timbre n’exclut pas le chant legato, et contrairement aux chanteurs cités précédemment, D’Arcangelo est parfaitement à l’aise dans la vocalisation rapide, ce qui lui permet d’aborder sans danger non seulement les magnifiques airs de concert – notamment Mentre ti lascio, o figlia et Per questa bella mano, dans lequel la voix doit rivaliser de virtuosité avec la contrebasse… –, mais également le redoutable «Vedrò mentr’io sospiro» du comte Almaviva, sur lequel ce clôt le récital ; combien de barytons-basses se sont ridiculisés dans les vocalises finales… Enfin, depuis son dernier récital Haendel, l’expression semble s’être considérablement diversifiée, et à aucun moment l’auditeur n’est guetté par l’ennui que pourraient légitimement générer tant de pages hyper connues.

Galvanisé par l’allègre direction de , l’, dont on attendait assez peu, se montre le plus énergique et le plus idoine des partenaires. En bref, ce CD apportera un sérieux démenti à tous ceux qui disent encore – mais ils se font de plus en plus rares, il est vrai… – que les Italiens n’ont rien à apporter à Mozart.

 

Plus de détails

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) : airs extraits de Don Giovanni, Le nozze di Figaro, Cosi fan tutte ; airs de concert Alcandro lo confesso… Non so d’onde viene K. 512, Mentre ti lascio, o figlia K. 513, Cosi dunque tradisci… Aspri rimorsi atroci K. 432 (421°), Per questa bella mano K. 612. Avec : Ildebrando D’Arcangelo, basse-baryton. Orchestra du Teatro Regio di Torino, direction : Gianandrea Noseda. 1 CD. Deutsche Grammophon 477 9297. Code-barre : 028947 792970. Enregistré dans la salle Regia du Teatro Regio de Turin en juin 2010. Qualité d’enregistrement : DDD. Notice de présentation trilingue (anglais, allemand et français). Durée : 60’45’’.

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.