À emporter, Audio, Musique symphonique

Monumentale Édition Sibelius chez Bis

Plus de détails

Jean Sibelius (1865-1957) – Édition Sibelius – Volume 12 : Intégrale des sept Symphonies – n° 1 en mi mineur op. 39 ; n° 2 en ré majeur op. 43 ; n° 3 en ut majeur op. 52 ; n° 4 en la mineur op. 63 ; n° 5 en mi bémol majeur op. 82 (versions originale 1915 et finale 1919) ; n° 6 en ré mineur op. 104 ; n° 7 en ut majeur op. 105. Fragments manuscrits complémentaires des Symphonies n° 1, n° 2, n° 3, n° 4, n° 7. Timo Saarenpää, clarinette ; Ilkka Pälli, violoncelle ; Antti Autio, trombone. Orchestre Symphonique de Lahti, direction : Osmo Vänskä et Jaakko Kuusisto. 5 CD BIS Records. Code barre : 7318591933359. Enregistré entre mai 1995 et août 1997 en l’Église de la Croix (Ristinkirkko), et en août-septembre 2010, Salle Sibelius, Lahti, Finlande. DDD. Notices en cinq langues (anglais, finnois, allemand, français, japonais) excellentes (Andrew Barnett). Durée : 80’44, 71’00, 67’32, 50’26, 49’32

 

L’intérêt de cette intégrale est de nous proposer de manière vraiment exhaustive tout ce qui concerne cette forme musicale que Sibelius a si bien honorée, et qui d’ailleurs constitue une part essentielle de
son œuvre : la symphonie. Outre le seul enregistrement, à notre
connaissance, de la Symphonie n° 5 en mi bémol en sa version originale de 1915, par , BIS a décidé de nous offrir, dans le cadre de son imposante Édition Sibelius, et expressément pour elle, toute une série de fragments
manuscrits complémentaires des Symphonies n° 1, n° 2, n° 3, n° 4 et n° 7, enregistrés tout récemment (août-septembre 2010) par le chef d’orchestre, violoniste et compositeur finlandais .

Ces fragments manuscrits complémentaires dont beaucoup durent moins de 2 minutes nous semblent, pour notre part, plutôt anecdotiques – ce qui n’est certainement pas le cas des versions alternatives complètes des Scherzos des Symphonies n° 1 et n° 4, et de la version originale de la Symphonie n° 5 qui, elle aussi, est intégrale – mais ils illustrent parfaitement le dessein du directeur de BIS Robert von Bahr, d’enregistrer « chaque note
que Sibelius ait jamais écrite ».

Juste après la n° 2, la symphonie de Sibelius la plus populaire a toujours été la n° 5 dont pouvoir enfin disposer des deux versions est particulièrement passionnant et révélateur : dès le début de la version originale de 1915 l’auditeur sera surpris par
l’absence du superbe exorde aux cors – tel un lever de soleil – qui magnifie
la version définitive de 1919. Tout aussi surprenant est le langage plus dissonant de la version primitive, la rapprochant tout logiquement de la Symphonie n° 4. Par ailleurs, Sibelius, toujours perfectionniste, synthétise les deux premiers mouvements séparés de la
version 1915 en un seul dans la version 1919, et si le matériau thématique est commun aux deux versions de la Symphonie n° 5, on a finalement l’impression d’être en présence de deux œuvres parfaitement différentes, ce qui enrichit notre perception de l’évolution
artistique du grand compositeur finlandais.

Par leurs indéniables qualités et originalité, les symphonies de Sibelius ont, dans leur intégralité, attiré et tenté une multitude de chefs : on peut citer – et la liste n’est pas exhaustive – Ashkenazy, Barbirolli, Berglund, Bernstein, Collins, Davis, Ehrling, Gibson, Järvi, Karajan, Leaper, Maazel, Rattle, Sakari, Saraste, Segerstam… Beaucoup de ces chefs, et non des moindres, mettent surtout en évidence le côté âpre et farouche du compositeur, avec une tendance à rester en surface des partitions en en accentuant le côté extérieur et brillant, et à ne pas pénétrer l’essence poétique même et la rêverie sous-jacentes de ces pages.

Ce n’est certainement pas le cas du remarquable chef d’orchestre qui, aidé par cette superbe phalange qu’est le Sinfonia Lahti et une prise de son d’une rare ampleur, nous immerge totalement dans cet univers poétique : en des tempi souvent plus modérés que de coutume, Vänskä nous dévoile sa généreuse nature de musicien contemplatif et méditatif qui sait respirer et prendre son temps. Bien des mélomanes préféreront sans doute des interprétations plus constamment dynamiques, mais il est certain que Vänskä est tout aussi capable d’ampleur grandiose et exaltée ; toutefois en privilégiant la poésie tour à tour rêveuse et épique des symphonies, il se rend plus apte à en pénétrer et équilibrer les diverses facettes, et par là-même, nous semble plus proche que quiconque de l’esprit authentique de Sibelius.

BIS Records avait déjà à son catalogue l’excellente intégrale des symphonies de Sibelius par Neeme Järvi (BIS-CD-622/24). Celle d’Osmo Vänskä est exceptionnelle et porte au pinacle l’Édition Sibelius du remarquable label suédois.

(Visited 538 times, 1 visits today)

Plus de détails

Jean Sibelius (1865-1957) – Édition Sibelius – Volume 12 : Intégrale des sept Symphonies – n° 1 en mi mineur op. 39 ; n° 2 en ré majeur op. 43 ; n° 3 en ut majeur op. 52 ; n° 4 en la mineur op. 63 ; n° 5 en mi bémol majeur op. 82 (versions originale 1915 et finale 1919) ; n° 6 en ré mineur op. 104 ; n° 7 en ut majeur op. 105. Fragments manuscrits complémentaires des Symphonies n° 1, n° 2, n° 3, n° 4, n° 7. Timo Saarenpää, clarinette ; Ilkka Pälli, violoncelle ; Antti Autio, trombone. Orchestre Symphonique de Lahti, direction : Osmo Vänskä et Jaakko Kuusisto. 5 CD BIS Records. Code barre : 7318591933359. Enregistré entre mai 1995 et août 1997 en l’Église de la Croix (Ristinkirkko), et en août-septembre 2010, Salle Sibelius, Lahti, Finlande. DDD. Notices en cinq langues (anglais, finnois, allemand, français, japonais) excellentes (Andrew Barnett). Durée : 80’44, 71’00, 67’32, 50’26, 49’32

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.