Plus de détails

Henry Purcell (1659-1695) : « Tell me, some pitying angel» ; « In the black, dismal dungeon of despair» ; « We sing to him, whose wisdom form’d the ear» ; « Great God, and just» ; « My song shall be alway» ; « Lord, what is man ?» ; « Let the night perish » ; « The night is come» ; « With sick and famish’d eyes » ; « How have I stray’d » ; « My opening eyes are purged » ; « How long, great god » ; « Sleep, Adam, and take thy rest » ; « Thou wakeful sheperd » ; « The earth trembled » ; « Now that the sun hath veil’d his light » ; Air en sol mineur ; Suite en sol mineur ; Ground en do mineur. Rosemary Joshua, soprano. Les Talens Lyriques, direction : Christophe Rousset. 1 CD Aparté AP027. Code barre : 3149028006421. Enregistré en novembre et décembre 2010. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 75’41

 

Dans le corpus des œuvres de Purcell qui nous sont parvenues, ses airs spirituels (ou sacrés) sont certainement ce que l’on connaît moins de lui. C’est justement ce que nous proposent la soprano et , ce dernier panachant le programme de quelques pièces pour clavecin du même Purcell. Retrouvés au sein de deux recueils intitulés Harmonia Sacra, divines hymns and dialogues que publia Henry Playford en 1668 et 1693, ces airs sont essentiellement écrits pour voix aiguë ou pour voix grave et basse continue, un répertoire intime, raffiné, remplit d’affects, qui sonne assez peu « sacré » si ce n’est le texte, s’apparentant beaucoup plus au récitatif et air d’opéra. Ce répertoire rare et exigeant a néanmoins été un peu illustré au disque, notamment au sein de The Complete Sacred Music of paru chez Hyperion, mais aussi par Paul McCreesh (Archiv).

Dans les airs pour soprano, , chanteuse fort réputée dans le répertoire haendelien, délivre une interprétation certes soignée, propre, mais, outre quelques soucis d’intonation, un peu lisse à notre goût (l’Alleluia final de « Lord, what is man ? » ou celui de « Now that the sun hath veil’d his light » par exemple). Malgré la fraîcheur de la voix, le travail sur la prononciation et la déclamation, un effort d’expressivité, l’agilité dans les vocalises, on a du mal à être réellement captivé et touché tout au long du programme.

Accompagnateur attentif mais discret (aux côtés de Laurence Dreyfus à la viole de gambe et Elizabeth Kenny au luth), se révèle tout à fait éloquent et inspiré dans les quelques intermèdes instrumentaux, de courtes pièces isolées et une des huit Suites pour clavecin.

(Visited 73 times, 1 visits today)

Plus de détails

Henry Purcell (1659-1695) : « Tell me, some pitying angel» ; « In the black, dismal dungeon of despair» ; « We sing to him, whose wisdom form’d the ear» ; « Great God, and just» ; « My song shall be alway» ; « Lord, what is man ?» ; « Let the night perish » ; « The night is come» ; « With sick and famish’d eyes » ; « How have I stray’d » ; « My opening eyes are purged » ; « How long, great god » ; « Sleep, Adam, and take thy rest » ; « Thou wakeful sheperd » ; « The earth trembled » ; « Now that the sun hath veil’d his light » ; Air en sol mineur ; Suite en sol mineur ; Ground en do mineur. Rosemary Joshua, soprano. Les Talens Lyriques, direction : Christophe Rousset. 1 CD Aparté AP027. Code barre : 3149028006421. Enregistré en novembre et décembre 2010. Livret bilingue (français, anglais). Durée : 75’41

 
Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.