À emporter, CD, Opéra

Theodora à Glyndebourne, superlatif

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Theodora. Frode Olsen, Valens ; David Daniels, Didymus ; Richard Croft, Septimus ; Dawn Upshaw, Theodora ; Lorraine Hunt, Irene ; Michael Hart-Davis, a Messenger. The Glyndebourne Chorus (chef de chœur : Christopher Moulds). Orchestra of the Age of Enlightenment, direction musicale : William Christie. Enregistré en public en mai-juin 1996 au Glyndebourne Opera House. 3 CD Glyndebourne GFOCD 014-96. Code barre 8 78280 00014 6. Notice en français, anglais et allemand. Livret en anglais. Durée : 3 h 20’ 39’’ 

 

Theodora faisait partie des nombreux martyrs qui se sont sacrifiés en 304 après Jésus-Christ à Antioche pendant le règne de l’empereur Dioclésien. Un drame qui a inspiré à un oratorio parmi les plus beaux de toute son œuvre religieuse. Pour qui en douterait, cette interprétation superlative est là pour en attester.

En 1996, le Festival de Glyndebourne faisait appel au sulfureux metteur en scène pour la direction scénique de cet oratorio. Prenant l’intrigue à contre-pied, le metteur en scène américain la transpose dans un monde carcéral contemporain. Theodora ne sera pas brûlée vive mais mourra d’une injection létale. Une relecture qui aurait choqué plus d’un spectateur de l’institution britannique, longtemps confinée dans la tradition des mises en scène d’opéra, mais il semble que l’approche de fut bien accueillie. Sans doute la qualité musicale de l’interprétation y est pour beaucoup.

Pour l’occasion, le festival avait réuni la distribution la plus parfaite qu’on puisse imaginer. Trois des plus grandes voix du chant baroque du moment sont en effet aux ordres de l’incontestable et de son . Dès l’ouverture, magnifiquement ciselée, on sent qu’il se passe quelque chose. Et quoique cet enregistrement soit le résultat du mixage de près de six soirées différentes, l’équilibre entre tous les protagonistes, le chœur et l’orchestre est si complet, la prise de son si équilibrée qu’on ne peut ressentir l’ambiance inévitablement différente d’une soirée à l’autre.

Les airs se succèdent, tous plus beaux les uns que les autres. Du côté de l’interprétation, l’air d’entrée de la basse (Valens) plein de noblesse, superbement chanté, avec une articulation verbale parfaite donne le ton. Soutenu par une direction d’orchestre efficace et musicale, le climat de fête vocale s’installe rapidement autour de très en verve.

Dès le second air, l’esprit d’exception se fait entendre avec un (Didymus) délicieux. Le contre-ténor américain est au sommet de son art. Délivrant des sons de miel et de velours d’une voix paraissant ne pas avoir de limites, il offre une lecture admirable de son texte. Toutes ses interventions sont empreintes d’un souci de donner l’entier de son talent, de sa voix au service d’une œuvre. Magnifique ! Ovationné par le public, son interprétation pique au nerf les autres protagonistes. Telle la soprano américaine qui, dans le rôle titre, distille sa belle voix, la clarté de sa diction dans une interprétation qui, même si elle n’a pas le pathos exprimé par les autres chanteurs, s’avère de très bonne facture.

Cerise sur le gâteau, la présence d’une (Irene) plus que jamais émouvante. L’entendre dans la complainte « As with rosy steps… » est un moment de grâce comme rarement il est possible d’en vivre au disque. y développe tout son tempérament de feu, toute sa vocalité unique et bouleversante.

Dans la diversité des talents présents de ce superbe enregistrement (dont la qualité technique reste remarquable quand bien même il s’agit d’un enregistrement live), à noter l’excellent (Septimius) qui fait une démonstration de son agilité vocale dans un « Dread the fruits…» époustouflant.

Plus de trois heures d’écoute pourraient paraître fastidieuses à l’oreille de l’amateur mais lorsqu’on côtoie une telle qualité d’interprétation, le temps s’efface. Inspiration et engagement sont les traîtres-mots de cette réalisation hors du commun. Un coffret enthousiasmant.

Plus de détails

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : Theodora. Frode Olsen, Valens ; David Daniels, Didymus ; Richard Croft, Septimus ; Dawn Upshaw, Theodora ; Lorraine Hunt, Irene ; Michael Hart-Davis, a Messenger. The Glyndebourne Chorus (chef de chœur : Christopher Moulds). Orchestra of the Age of Enlightenment, direction musicale : William Christie. Enregistré en public en mai-juin 1996 au Glyndebourne Opera House. 3 CD Glyndebourne GFOCD 014-96. Code barre 8 78280 00014 6. Notice en français, anglais et allemand. Livret en anglais. Durée : 3 h 20’ 39’’ 

 
Mots-clefs de cet article

Banniere-ClefsResmu-ok

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.