À emporter, CD, Musique symphonique

Integrale Eugen Jochum chez EMI

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : intégrale des Symphonies, ouvertures de : Coriolan Op.62, Egmont, Op.84, Leonore No.3, Op 72a, Fidelio, Op72b ; Johannes Brahms (1833-1897) : intégrale des symphonies, ouverture tragique, Op.81 et ouverture pour une fête académique, Op.80 ; Anton Bruckner (1824-1896) : intégrale des symphonies ; Johann Sebastian Bach (1685-1850) : Messe en Si mineur, BWV232 ; Wolfgang amadeus Mozart (1756-1791) : messe en ut K.317 ; Vesperae solennes de confessore K 339. Solistes, chœurs. London Philharmonic Orchestra, London Symphony Orchestra, Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, Staatskapelle de Dresde, direction : Eugen Jochum. 1 coffret de 20 disques EMI. Référence 50 999 4 64004 2. Enregistré entre 1976 et 1980. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 26h52

 

EMI remet en coffret économique ses enregistrements du chef d’orchestre . La totalité de ces galettes remonte à la fin des années 1970, quand le chef, vaillant octogénaire, remit sur le métier le chœur de son répertoire : Bruckner, Brahms et Beethoven.

En porte drapeau de ce coffret, on retrouve évidement sa seconde intégrale des Symphonies de Bruckner à la tête de la , éternelle fondation du catalogue EMI. Toujours considérée comme la meilleure porte d’accès à Bruckner, cette somme n’a pas pris une ride. On aime toujours la direction pugnace et acérée du chef. Les tempi sont rapides et les cuivres s’avèrent bien saillants. Ce Bruckner fonce devant lui, dans une optique plus minérale que métaphysique. Pourtant l’approche du chef est certainement bien plus philologique que celle de nombreux chefs contemporains à la recherche de la sève originelle brucknerienne (on pense à Herreweghe ou Norrington). On avoue ne pas se lasser des Symphonies n°3, n°4 et n°6, sorte de quadrature du cercle, idéales avec ce qu’il faut de beauté orchestrale et de force granitique.

Brahms était l’une des passions du chef. On lui doit une intégrale essentielle des Symphonies avec le Philharmonique de Berlin, (DGG) et un accompagnement extraordinaire des Concertos pour piano (avec Emil Gilels-DGG). Bien oubliée, sa seconde intégrale à la tête du London Philharmonic mérite une attention par la beauté d’une gestion apollonienne et  visionnaire, sorte de Brahms absolu dans le travail sur les teintes orchestrales.

Jochum remonta au pupitre du pour une intégrale des Symphonies de Beethoven (sa seconde intégrale après une première réalisée pour Philips avec le Concertgebouw d’Amsterdam). La direction du vieux chef est emprunte d’un classicisme tout en retenue. Le chef construit patiemment un monument d’une élégance presque grecque dans son travail très rigoureux de la construction instrumentale et dans la gestion des développements. Même la sélection d’ouvertures bénéficie de ce traitement qui gomme le côté dramatique du message beethovénien au profit d’une logique orchestrale implacable.

Il en va de même pour la « légendaire » lecture de la Messe en si de Bach. Comme la gravure de Carlo Maria Giulini (DGG) avec ce même orchestre de la radio bavaroise, Jochum est un maître de cérémonie humble mais fervent par rapport à ce monument de la musique sacrée. Très équilibrée et très soignée, cette lecture reste l’une des rares grandes références d’avant la révolution baroque.

A ce prix, ce coffret est une aubaine, pour garder en mémoire le talent de ce chef génial.

Plus de détails

Ludwig van Beethoven (1770-1827) : intégrale des Symphonies, ouvertures de : Coriolan Op.62, Egmont, Op.84, Leonore No.3, Op 72a, Fidelio, Op72b ; Johannes Brahms (1833-1897) : intégrale des symphonies, ouverture tragique, Op.81 et ouverture pour une fête académique, Op.80 ; Anton Bruckner (1824-1896) : intégrale des symphonies ; Johann Sebastian Bach (1685-1850) : Messe en Si mineur, BWV232 ; Wolfgang amadeus Mozart (1756-1791) : messe en ut K.317 ; Vesperae solennes de confessore K 339. Solistes, chœurs. London Philharmonic Orchestra, London Symphony Orchestra, Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise, Staatskapelle de Dresde, direction : Eugen Jochum. 1 coffret de 20 disques EMI. Référence 50 999 4 64004 2. Enregistré entre 1976 et 1980. Notice de présentation en : anglais, allemand et français. Durée : 26h52

 
Mots-clefs de cet article

Resmusica-bannière-01

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.