tous les dossiers(1)

José Montalvo dépoussière Don Quichotte

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Théâtre national de Chaillot. 12/I/13. José Montalvo : Don Quichotte du Trocadéro. Chorégraphie, scénographie et conception vidéo : José Montalvo. Participation artistique : Patrice Thibaud. Costumes : José Montalvo, Siegrid Petit-Imbert. Musique : Ludwig Minkus. Arrangeur, compositeur musiques actuelles : Sayem. Lumières : Gilles Durand, Vincent Paoli. Collaborateurs artistiques à la vidéo : Pascal Minet, Sylvain Decay. Infographie : Jocelyn Casanova, Sylvain Decay, Clio Gavagni, Michel Jaen Montalvo, Basile Maffone. Créé et interprété par Patrice Thibaud, Natacha Balet, Lucie Dubois, Nathalie Fauquette, Sandra Mercky, Jennifer Suire dite Pookie, Sharon Sultan, Abdelkader Benabdallah dit Abdallah, Warenne Adien dit Desty Wa, Simhamed Benhalima dit Seam Dancer, Jérémie Champagne, Lazaro Cuervo Costa, Blaise Kouakou, Roberto Pani dit Bobo.

est redevenu un chorégraphe à part entière depuis qu’il a quitté la direction du Théâtre de Chaillot et sa « partenaire » Dominique Hervieu. Il le prouve avec sa dernière création, une vision fraîche et culottée de Don Quichotte de la Mancha, d’après le ballet de chorégraphié par .

Pour incarner Don Quichotte, l’hidalgo désargenté qui se bat contre les moulins à vent et parcourt la campagne à califourchon sur sa fidèle Rossinante, le chorégraphe a eu la judicieuse idée de choisir Patrice Thibaud. Mime, comédien et danseur à ses heures, ce quinqua jovial met du sel et du poivre dans cette version dépoussiérée et jubilatoire du ballet. Il est toujours drôle, juste, à propos, accompagné de Sancho Pança, doué danseur de hip-hop qui fait office de narrateur.

Autre idée brillante du chorégraphe : utiliser majoritairement la musique originale de Léon Minkus et suivre une dramaturgie simple, proche du découpage du ballet de Petipa. Sur la place du village, on retrouve les garçons, les filles, les divertissements (flamenco, claquettes, danse africaine…) et surtout l’histoire d’amour contrariée entre Kitri (la rousse ), Basile (le superbe cubain ) et le mari Gamacho (un bellâtre incarné à merveille par , dit Bobo). Le trio fonctionne à merveille, surtout quand Patrick Thibaud (Don Quichotte) s’en mêle.

Les séquences vidéo, tournées dans le métro, sont utilisées en guise d’intermèdes, scandant les différentes parties du ballet. Elles retracent le voyage de Don Quichotte et Sancho Pança à travers le monde. Un vieil homme, figurant Cervantès, donne à ces images beaucoup d’humanité.

Côté plateau, comme toujours, Montalvo pratique le métissage, mélangeant danse classique et africaine, hip-hop et claquettes ou flamenco, avec générosité, maîtrise et humour. Seul petit reproche, le spectacle dure dix minutes de trop, dans sa dernière partie, pour être une réussite totale. ne sait peut-être pas finir, mais on sourit et on s’amuse beaucoup dans ce Don Quichotte du Trocadéro, parti à l’assaut de la colline de Chaillot. A voir absolument !

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.